Septembre 2018 – Décembre 2019 : soit 16 mois

Comme indiqué dans le titre, ce bilan, exceptionnellement, a été réalisé sur 16 mois, de septembre 2018 à fin décembre 2019, à la demande du diocèse de Pontoise, qui souhaite que désormais les comptes paroissiaux soient calqués sur l’année civile. L’année prochaine, nous reviendrons donc à un exercice de 12 mois, de janvier 2020 à décembre 2020. Et cela continuera ainsi les années suivantes.

Ce bilan est celui de Saint-Gratien, Saint-Paul et Saint-Ferdinand qui ne forment plus qu’une seule paroisse depuis septembre 2018.

Le montant de nos dépenses, 150 133 € n’est pas totalement équilibré par le montant de nos recettes, 134 539 €, malgré les subventions reçues de l’Association Paroissiale Saint-Gratien (APSG) entre autres. Nous y reviendrons dans le commentaire des deux tableaux.

Nous vous proposons donc de vous commenter le tableau des dépenses, puis celui des recettes, et de faire ensuite quelques réflexions.

1. Les dépenses

En dehors de la contribution de fonctionnement réglée au diocèse de Pontoise, sur laquelle nous reviendrons à la fin, quelles sont nos grandes dépenses ?

  • Les frais de personnel (21,27%). Notre paroisse a en effet deux salariés : Caroline, notre secrétaire paroissiale, et Roselaine, qui s’occupe de l’entretien ménager des locaux paroissiaux. Ce poste comprend leurs salaires et toutes les cotisations sociales.
  • Les fournitures d’énergie (13,37%). Ce sont l’eau, l’électricité et le gaz. A noter que le gaz est de loin la plus grosse charge. Notre consommation de gaz représente à elle seule 8% de nos dépenses totales. Nous pourrons en tirer dans la troisième partie une recommandation.
  • Les dépenses courantes (7,27%). Elles comprennent l’achat du petit matériel d’entretien (quincaillerie, ampoules, produits d’entretien), les fournitures administratives, les fournitures informatiques et bureautiques (papier entre autres), les cartouches d’imprimante, les affranchissements, les frais de télécommunication, l’abonnement internet, les frais de service bancaire, les repas de doyenné, et la maintenance du matériel bureautique et informatique (le plus gros poste, 4% de nos dépenses totales).
  • Les fournitures du catéchisme (3,04%). Ce sont les livres de catéchisme et le matériel pédagogique, remboursés par les cotisations de catéchisme (voir le tableau des recettes).
  • Les cierges destinés à la revente (2,89%). Ils contribuent dans une large mesure à nos recettes (voir le tableau des recettes).
  • Les frais de déplacement (2,35%). Il s’agit du remboursement des déplacements des prêtres de la paroisse.
  • Les documents paroissiaux (2,26%). Ce sont les livrets de baptême, de mariage, d’obsèques, les envois de courrier aux familles en deuil, et les retraites organisées pour les fiancés.
  • Les frais de culte (2,06%). Ce sont les achats d’objets liturgiques, de missels, d’hosties, de cierges pour le culte, les abonnements aux revues liturgiques, et l’achat de fleurs.
  • L’entretien des bâtiments (1,81%). Cela correspond à l’entretien du jardin du presbytère, à l’entretien de la terrasse du presbytère, aux réparations de la sono de l’église St-Gratien, aux travaux d’électricité à St-Ferdinand, à l’entretien de l’orgue et de celui des extincteurs. A noter que les grands travaux sur le presbytère sont pris en charge par l’APSG.
  • Les frais de formation (1,38%). Ce sont principalement les formations des catéchistes, les bénévoles envoyés en formation à « Galilée » (4) et à « Annoncer » (4).

Reste la contribution de fonctionnement que nous demande le diocèse de Pontoise, qui représente à elle seule presque la moitié de nos dépenses : 42,3% exactement. C’est notre premier poste de dépense. A quoi cela correspond ?

  • Le diocèse nous demande de participer aux traitements de trois prêtres (Pères Alexandre de BUCY, Edouard GEORGE et Jean DELVOLVE). Le traitement d’un prêtre sur un mois est de 414,62€ (auquel il faut ajouter les intentions de messe reçues, soit 425€, prises sur les quêtes d’obsèques et les demandes de messe faites à la paroisse). Pour trois prêtres et sur 16 mois, cela représente donc 19 901,76€, soit 13,25% de nos dépenses totales. Mais il faut noter qu’en fait il y a beaucoup d’autres frais engagés pour les prêtres : les diverses cotisations sociales, les caisses de retraite et la mutuelle que le diocèse prend en charge, grâce au denier de l’Eglise.
  • Il nous demande également de participer à l’assurance de nos locaux et à nos taxes foncières (St-Ferdinand, St-Paul, et la salle Jeanne d’Arc). Pour une somme de 7936€, soit 5,28% de nos dépenses totales.
  • Le reste, soit 23,77% de nos dépenses totales, 35 504€, correspond :
    • D’abord à une contribution qui permet de soutenir des paroisses ayant moins de moyens financiers. C’est important de vivre cette solidarité entre paroisses d’un même diocèse.
    • Elle correspond ensuite à une participation aux frais des services administratifs, mais aussi pastoraux de l’évêché et du diocèse. Nous nous appuyons sur le diocèse pour la formation, la communication, les différents services (Service évangélique des malades, pastorale des jeunes, pèlerinage, et autres), mais aussi en bénéficiant de l’embauche de Merlin Mongbandi, qui assure la coordination de la pastorale des jeunes.

2. Les recettes

Quelles sont nos principales recettes ?

  • Les quêtes (44,75%). Ce sont les quêtes d’offertoire les samedis soirs, dimanches et jours de fêtes.
  • Casuel Obsèques (18,92%). Ce sont les dons des familles pour les obsèques célébrées sur la paroisse. Il ne comprend pas les quêtes des obsèques qui servent à célébrer des messes pour les défunts.
  • Vente de cierges (15,53%).
  • Cotisations de catéchisme et éveil à la foi (4,04%).
  • Casuel Mariage (3,76%). Ce sont les offrandes et les quêtes lors des mariages.
  • Casuel Baptême (3,43%). Ce sont les offrandes et les quêtes lors des baptêmes.
  • Produits de vente (3,1%). Ce sont la mise à disposition des églises pour des concerts, la vente de livrets, de missels, de billets pour des spectacles de l’Espace Charles Péguy, mais aussi le remboursement de repas de doyenné.
  • Dons (0,79%). Dons reçus lors de bénédictions de maison, ou dons offerts à la paroisse.
  • Reversement du denier (0,65%). Lorsque la campagne du denier de l’Eglise dépasse la collecte de l’année précédente, le diocèse reverse la moitié de l’augmentation obtenue.
  • Remboursements (0,58%). Ce sont des remboursements de photocopies, de frais de déménagement, d’EDF, et d’autres charges sociales.

Pour boucler ce budget de 16 mois, nous avons donc besoin encore 14,37% du budget total, soit 21 594€.

Ce sont principalement l’APSG qui nous aide à boucler ce budget, comme le montre ce tableau en versant à la paroisse 6000€, soit 4,45% de nos recettes. Il est bon également de noter que l’APSG finance en plus entièrement les grands travaux du presbytère et des salles paroissiales de St-Gratien. Les 15 594€ restant sont pris en partie sur nos réserves et pour l’autre partie ne sont pas imputés par le diocèse qui nous fait alors une remise d’une partie de la contribution de fonctionnement.

3. Quelques réflexions

Nous souhaitons d’abord vous remercier pour votre grande générosité. Le simple examen de ce bilan montre votre souci à prendre soin de la paroisse, de ses destinataires comme de ses acteurs, par votre participation financière. Vous permettez ainsi à la Parole du Christ de rejoindre tous ceux et toutes celles qui sont en attente d’une parole qui donne du sens à leur vie.

Ce tableau montre aussi que, sans l’APSG, nous ne serions pas capables de boucler notre budget. Il me semble que nous devons en tirer deux enseignements, par rapport aux dépenses et par rapport aux recettes.

Nous devons apprendre à baisser nos dépenses. Nos dépenses sont déjà le plus possible réduites, et négociées au sein d’une centrale d’achat pour obtenir des contrats plus intéressants. Cependant deux postes en particulier ont retenu notre attention et peuvent faire l’objet d’efforts. Nous faisons donc deux recommandations à cet effet :

  • Le chauffage, qui est un très gros poste. Nous pouvons baisser de deux degrés le chauffage au sein de l’église. Par ailleurs, ceux et celles qui utilisent les salles paroissiales doivent bien remettre les thermostats des salles sur 2 en quittant les lieux pour éviter de trop chauffer des salles inoccupées.
  • Nous allons diminuer l’impression des feuilles paroissiales en invitant ceux et celles qui le peuvent à recevoir par internet le « Trait d’Union ».

Nous devons essayer d’augmenter nos recettes. Nous proposons plusieurs pistes :

  • Augmenter notre participation à la quête le dimanche.
  • Inciter ceux et celles qui le souhaitent parmi nous comme dans notre entourage à faire des dons à la paroisse.

Nous invitons enfin tous les paroissiens à se mobiliser au sein de notre association paroissiale, APSG, qui, non seulement, est une aide précieuse pour les finances de notre paroisse, mais aussi est une belle occasion d’aller à la rencontre de nos voisins.

 

Dominique Chartrain, trésorier de la paroisse.
Père Alexandre de BUCY, curé.

X