Mardi, 5e Semaine de Carême

 

 

Homélie du diacre Vianney Baudouin

Accédez à la lecture de l’Évangile de Jésus Christ selon saint Jean chapitre 8 versets 21 à 30…

 

Je dois vous l’avouer, j’en ai marre, oui j’en ai marre d’être face caméra, car derrière la caméra il y a le mur, le vide insoutenable : votre absence. Lorsque nous nous réunissons habituellement pour la messe, nous formons ensemble le corps du Christ, le corps de Jésus qui ne fait qu’un autour de lui. Lorsque nous proclamons la parole elle résonne dans les cœurs. Là, elle résonne dans l’oratoire.

Le corps du Christ que nous formons semble morcelé, il n’est plus réuni. Oui, frères et sœurs, j’ai du mal car tous nous sommes faits pour l’échange, pour la parole, pour transmettre cette parole. Et pourtant, je le sais par ces médias, cette caméra, la parole vous rejoint et vous nous le témoignez généreusement. Quelle consolation de savoir que le verbe de Dieu continue de se faire entendre aux quatre coins de notre groupement paroissial et même au-delà. Rien n’arrête la parole. « Tout ce que je dis là, je le dis comme le père de l’a enseigné, dit jésus et il ajoute, celui qui m’a envoyé est avec moi il ne m’a pas laissé seul, par ce que je fais toujours ce qui lui est agréable. Et le verbe de Dieu, Jésus, est au milieu de nous. Bien que ce corps ne soit pas entièrement réuni, il ne cesse par sa parole de nous faire connaître le Père. La parole de conversion de Jésus nous bouscule, nous renverse. Ce reversement extrême sera jusque sur la croix. « Quand vous aurez élevé le fils de l’homme alors vous comprendrez et que moi je SUIS. » Le Christ est élevé de terre, cloué sur la croix, crucifié sur le monde, offert en victime pour notre péché et ceux du monde entier. Oui Jésus Christ est notre unique sauveur. De l’arbre de la croix jaillit la vie en abondance, car de ses bras ouverts sur le monde Jésus veut tous nous accueillir. Il veut nous redire que son amour va jusqu’au bout.

Nous voici désormais dans cette dernière ligne droite du carême. Puis nous allons accompagner Jésus à partir de la fête des Rameaux jusqu’à la résurrection. Nous allons vivre chacune des étapes de sa vie, avec lui, pour y découvrir ce que Jésus nous dit aujourd’hui de son Père. « Il ne m’a pas laissée seul. » La parole de Dieu s’accomplit, elle se vit, se transmet avec ou sans caméra, elle est partagée et offerte. Quelle grâce ! Car de la croix Jésus a vaincu la mort. Il a connu l’épreuve, la souffrance, le dénuement, la mort afin que nos cœurs voient l’œuvre d’amour de Dieu qui s’accomplit et s’achève dans sa résurrection.

Préparons ardemment nos cœurs. L’ancien temps qui nous sépare de la résurrection pour accueillir Jésus vivant en nos cœurs. Aujourd’hui, nous pouvons dire et répéter plusieurs fois cette phrase courte en utilisant pourquoi pas les grains de notre chapelet et en répétant : « Jésus, de ta croix élevée jaillit la vie. »

Amen.

 

Vianney Baudouin, diacre en vue du sacerdoce

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (8, 21-30)

Revenir à l’homélie du diacre Vianney Baudouin…

 

En ce temps-là,
Jésus disait aux Pharisiens :
« Je m’en vais ;
vous me chercherez,
et vous mourrez dans votre péché.
Là où moi je vais,
vous ne pouvez pas aller. »
Les Juifs disaient :
« Veut-il donc se donner la mort,
puisqu’il dit :
“Là où moi je vais,
vous ne pouvez pas aller” ? »
Il leur répondit :
« Vous, vous êtes d’en bas ;
moi, je suis d’en haut.
Vous, vous êtes de ce monde ;
moi, je ne suis pas de ce monde.
C’est pourquoi je vous ai dit
que vous mourrez dans vos péchés.
En effet, si vous ne croyez pas que moi, JE SUIS,
vous mourrez dans vos péchés. »
Alors, ils lui demandaient :
« Toi, qui es-tu ? »
Jésus leur répondit :
« Je n’ai pas cessé de vous le dire.
À votre sujet, j’ai beaucoup à dire
et à juger.
D’ailleurs Celui qui m’a envoyé dit la vérité,
et ce que j’ai entendu de lui,
je le dis pour le monde. »
Ils ne comprirent pas qu’il leur parlait du Père.
Jésus leur déclara :
« Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme,
alors vous comprendrez que moi, JE SUIS,
et que je ne fais rien de moi-même ;
ce que je dis là,
je le dis comme le Père me l’a enseigné.
Celui qui m’a envoyé est avec moi ;
il ne m’a pas laissé seul,
parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. »
Sur ces paroles de Jésus,
beaucoup crurent en lui.

– Acclamons la Parole de Dieu.

X