Télécharger le bulletin des paroisses

Notre Dame des Victoires

Notre Dame des Victoires : c’est dans cette Basilique du 2ème arrondissement de Paris que se sont rendus les enfants du catéchisme du groupement paroissial accompagnés de leurs animateurs et quelques parents, ce mercredi 8 mai.

Les Sœurs Marie-Clotilde et Marie-Joëlle nous ont accueillis. Dans une jolie pièce voûtée, c’est à Marie, Mère du Christ et notre Mère, qu’est dédié ce premier échange. Marie qui a dit « oui », devenant la servante de Dieu. Elle nous invite à suivre le Christ par cette phrase qu’elle prononça aux Noces de Cana : « Faites tout ce qu’il vous dira ». Souvenez-vous de ces paroles, nous a dit Sœur Marie Clotilde, pour vivre comme le Christ nous le demande .

Dans la Basilique, après avoir prié Marie, petite leçon d’histoire. Notre Dame des Victoires est l’ancienne chapelle du couvent des Augustins. Les frères demandent à Louis XIII d’en construire une plus grande. Celui-ci accepte et dédie cette église à « Notre Dame des Victoires » en raison de ses succès militaires. Louis XIII n’a pas d’enfant. Frère Fiacre prie beaucoup Notre Dame pour que le roi ait une descendance. Un jour qu’il priait, il entend le cri d’un petit enfant, il tourne la tête et aperçoit la Vierge, un enfant dans ses bras. Il se jette à terre pensant qu’il s’agit de l’Enfant Jésus. La Vierge lui révèle que c’est l’enfant que Dieu veut donner à la France. Frère Fiacre prie comme le lui demande la Vierge et quelques mois plus tard nait Louis, Dieudonné, le futur Louis XIV.

Prier Marie pour lui dire « Merci », lui offrir nos joies, nos peines, nos demandes. Vœux souvent exaucés comme en témoignent les quelques 37.000 ex-voto qui en recouvrent l’intérieur. La Basilique, comme lieu de pèlerinage en remerciement des grâces, vient de Sainte Thérèse de Lisieux, l’une des plus grandes saintes du 19e siècle, miraculeusement guérie d’une très grave maladie le 13 mai 1883 après une messe et des prières effectuées dans cette église. Lors du chapelet de l’après-midi, nous prions pour les enfants malades.
Devenir religieuse, renoncer à un mari, des enfants, un métier vers lequel on se destinait et consacrer toute sa vie à Dieu, changer de prénom, la tenue vestimentaire, …. ? Autant de questions posées par les enfants à Sœur Marie-Clotilde. Dans cet échange, nous avons découvert combien elle est heureuse de vivre pour le Seigneur, de lui donner toute sa vie, d’avoir fait ce choix sans regrets pour ce qui est laissé de la vie antérieure.

Nous aussi, quel que soit notre âge, nous pouvons lui donner notre vie. Il y a tant de façons de suivre le Christ sur le chemin qu’il nous a tracé, de devenir « serviteur ».

Merci à tous pour cette belle journée !

Les catéchistes

 

X