Lundi 11 Novembre, Enghiennois, Gratiennois et habitants d’autres communes ont répondu à l’appel de l’Association 4 fois 1. Malgré la pluie qui a « contrarié » le déroulement de cette cérémonie, le 3ème olivier de la ville d’Enghien a été « découvert » par quatre femmes dans le parc de Villemessant. Les colombes, lâchées par les enfants, se sont élancées vers le ciel avant les interventions de Mr Philippe Sueur, maire d’Enghien et des représentants des cultes (Catholique – Juif – Musulman et protestant).

 

             

           

Intempérie oblige, c’est à la salle des fêtes qu’ils se sont exprimés. L’arbre était au centre de leur allocution, particulièrement l’olivier signe de longévité, de ténacité. Les hommes depuis l’Antiquité l’ont associé à leurs traditions et à leurs rites religieux. Souvent cité dans la Bible, son huile signe le pacte réalisé entre Dieu et l’Humanité. Elle brûlait dans le temple et les prêtres, rois et juges en étaient marqués. Cette fonction de consécration se retrouve aujourd’hui dans le Saint-Chrême (mélange huile d’olive et de parfums) destiné à l’onction et utilisé dans le baptême, la confirmation et l’ordination des prêtres. Le Coran enseigne qu’il est béni, Mahomet aurait dit : « Consommez de l’huile d’olive…car elle provient d’un arbre béni ». C’est l’arbre sacré du paradis. Cet « arbre central » est le symbole de l’Homme Universel, de l’Homme réalisé spirituellement.

 

                  

 

Les allocutions alternaient avec des chants tels que la ballade Irlandaise de Renaud : « … J’ai dit aux Hommes qui se battaient, je viens planter un oranger … Pas une guerre ne pourra durer » ou Oseh Shalom : « Il y aura la paix, il y aura la paix, Au milieu de nous… ». La cérémonie s’est terminée par l’hymne Européen. « L’Ode à la Joie », correspondant aux idéaux fraternels de Beethoven, il a composé une œuvre à la mesure du poème de Schiller qui, rédigé en 1786, nous invite à devenir des hommes de paix : « L’homme est pour tout homme un frère … ».

 

La Fraternité Universelle est « l’objectif » de Dieu. St Paul rappelait aux Thessaloniciens : « Priez sans relâche… N’éteignez pas l’Esprit… Que le Dieu de la paix lui-même vous sanctifie … Il est fidèle, Celui qui vous appelle : tout cela, il le fera (1 Th 5, 17-19-23-24). Dernièrement, dans son homélie, le père Jean nous posait cette question : Quand Dieu ne semble pas exaucer notre prière, ne sommes-nous pas trop prompts à abandonner notre demande ?. Pour qu’advienne Son règne, c’est donc avec confiance et inlassablement que nous devons demander la paix.    

Georgette

Photos Jean-Lucien et Jean-Pierre – Pour découvrir le poème de Schiller utilisez ce lien :

http://www.larecherchedubonheur.com/article-3002005.html

 

 

 

 


.

 

 

 

 

 


.

 

X