J’ai reçu par mail une vidéo d’un ancien sketch de Roland Magdane qui commence par ces mots : ce jeu de cartes, c’est ma bible et mon livre de prières.

Le texte, je le connaissais sous une version un peu différente ; celle où un jeune soldat se trouvant dans l’impossibilité de participer à l’Eucharistie dominicale se sert d’un vieux jeu de cartes pour prier.

Je désire le partager avec tous ceux qui, en cette période estivale, se trouvent peut-être dans une situation semblable faute de trouver une église proche de quelques kilomètres seulement. Dans ce cas, n’oublions pas de la vivre en lisant les textes (AELF – Prions en Eglise …).

 

Dieu et le jeu de cartes

 

C’était une journée tranquille, quelque part dans un pays en guerre. Les fusils, les mortiers et les mines ne se faisaient pas entendre. Le jeune soldat savait que c’était Dimanche, le jour du Seigneur. Il s’assit et sortit de sa poche un vieux jeu de cartes qu’il étala sur sa couchette.

A ce moment précis, un sergent apparut et lui demanda :

« Pourquoi ne vas-tu pas avec le reste du peloton ? »

Le soldat répondit :

– « J’ai souhaité rester seul pour passer du temps avec le Seigneur ».

Le sergent lui répondit alors :

– « Il me semble plutôt que vous alliez jouer aux cartes ! »

Le soldat lui dit :

– « Oh! non, Monsieur. Vous voyez, puisque nous ne sommes pas autorisés à avoir des Bibles ou d’autres livres de spiritualité dans ce pays,  j’ai décidé de parler au Seigneur au moyen de ce jeu de cartes ».

Le sergent lui demande alors, incrédule :

– « Comment faites-vous donc » ?

– « Vous voyez l’as de cœur, sergent, cela me rappelle qu’il n’y a qu’un seul Dieu.

Le chiffre 2 représente les deux parties de la Bible, l’ancien et le nouveau testament.

Le 3 représente le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

Le 4 me fait penser tantôt aux quatre évangiles : Matthieu, Marc, Luc et Jean ; tantôt aux 4 amis qui ont amené le paralytique auprès de Jésus.

Le 5 me fait penser aux 5 pains et 2 poissons que Jésus a mutiplié pour nourrir la foule.

Le 6 peut représenter les six jours que Dieu a pris pour créer le ciel et la terre.

Le 7 représente la journée où Dieu s’est reposé après avoir fait la Création.

Le 8 me rappelle la famille de Noé et sa femme, leurs trois fils et leurs épouses, les huit personnes épargnées par Dieu dans l’inondation qui a détruit la terre.

Le 9 montre les lépreux qui ne remercièrent jamais Jésus après qu’il les eu guéris. Seul un est revenu pour rendre gloire.

Le 10 représente les dix commandements que Dieu a transmis à Moïse sur les tablettes de pierre et que je veux m’appliquer à suivre.

Le Valet me fait penser au jeune homme riche qui tristement s’est éloigné de Jésus.

La Reine me rappelle la reine Esther qui a été courageuse pour secourir son peuple.

Le Roi représente Jésus-Christ pour moi, car il est le Roi des Rois.

Quand je compte les points sur toutes les cartes, j’arrive à un total de 365, un pour chaque jour de l’année.

Il y a un total de 52 cartes dans un jeu, une carte par semaine, 52 semaines pendant une année.

Quand je veux parler à Dieu et le remercier, je viens ici et je sors mon jeu de cartes qui me rappelle tout ce pour quoi je dois lui être reconnaissant ».

Le sergent écouta attentivement et resta là, pensif.

Au bout d’un moment, les larmes aux yeux, il dit au jeune soldat :

« Puis-je vous emprunter ce jeu de cartes ? »

Pendant nos vacances, où que nous soyons, qu’à l’exemple de ce jeune soldat, nous apprenions à découvrir autour de nous tout ce qui peut nous rappeler la présence aimante de Dieu. N’oublions de prendre quotidiennement des moments pour le prier avec tranquilité et lui rendre grâce.

Georgette

 

 

X