Le chant d’un peuple

En présence de sa cousine Elisabeth, Marie s’appuie sur les mots et la prière de son peuple. Elle reprend les mots d’Anne, la mère de Samuel et s’identifie à tous les descendants d’Abraham, d’Ismaël, d’Isaac, aux fils d’Agar et de Sara.

Par son chant d’exultation, elle répond au choix de Dieu qui fait d’elle la mère de son fils. : « … celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu » (Lc 1, 35). Nous vous invitons à en comprendre tout le sens dans l’édito du Trait d’union de cette semaine.

Comprendre la miséricorde de Dieu

Marie nous invite à découvrir que la miséricorde de Dieu signifie la fin de la honte pour tous et pour chacun.

Apprends-nous Marie à comprendre comment cela devient vrai.

Marie, en écoutant et méditant ton chant, il nous reste à apprendre près de toi, comment cela devient vrai dans nos vies.

L’ action de grâce de Marie

La lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres n’ont pu l’arrêter.

Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur.

Il s’est penché sur son humble servante, désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles, Saint est son nom ! Son amour s’étend d’âge en âge, sur ceux qui le craignent.

Déployant la force de son bras, Il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, Il élève les humbles. Il comble de bien les affamés, renvoie les riches les mains vides.

Il relève Israël son serviteur, Il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais.

Gloire au Père, au Fils, au Saint Esprit. Maintenant  et à jamais pour les siècles des siècles.

La lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres n’ont pu l’arrêter.

Georgette

Source : A marie (Lettres) Anne Lécu

Illustration : Wikimédia Commons – La Visitation de James Tissot (1836-1902) Gouache peinte entre 1886 et 1894 – Brooklyn Museum – Domaine Public.

Magnificat interprété par les Moines de l’ Abbaye de Keur Moussa (Sénégal).

 

X