Le devoir du chrétien, en ces jours difficiles, est d’entretenir la flamme de l’espérance et de la partager. Alors, à la fin de ce premier trimestre de notre nouvelle année pastorale et en cette première semaine de l’Avent, qu’est ce qui peut dans notre groupement paroissial, nous donner confiance en l’avenir ?

 

Ce sont les jeunes (que trop souvent les médias décrivent comme accros au smartphone et aux réseaux sociaux, individualistes, passifs …). Ils sont capables de s’engager dans la durée. Nous pouvons juger de l’investissement des membres du groupes Connexion (étudiants et jeunes professionnels), de ceux du groupe d’animation Altaïr, de MP3. Ils s’impliquent avec sérieux dans : la réalisation de vidéos, l’animation de messes et de veillées d’adoration et de louanges (malheureusement interrompues dans nos églises par le reconfinement), l’accueil de loisirs du mercredi, le semeur camp, sans oublier les servants d’autel qui contribuent à la beauté des liturgies. Que d’occasions de nous réjouir !

Je peux témoigner de la qualité éducative des programmes qui permettent aux « ainés » de s’occuper, avec dévouement des plus jeunes. Les programmes alliant jeux, activités manuelles, musicales, sortie culturelle et temps de prière sont des moyens de découvrir et de pratiquer la fraternité ; ils développent également la prise de responsabilité et les talents. Pour en être convaincu, il suffit de regarder le résultat du concours de cuisine du 30 Octobre. De vrais « petits » top chefs ! En ce qui concerne les servants d’autel, le reportage sur le pèlerinage à Ars, écrit par Paul, est lui aussi édifiant. Le bonheur se lit sur tous les visages.

Quels souhaits pourrions-nous avoir en cette première semaine de l’Avent ? Le premier est que ce bel élan prenne de l’ampleur et donne beaucoup de fruits. Nous pouvons méditer cette courte prière de Madeleine Delbrël : « Seigneur, viens nous inviter. Fais-nous vivre notre vie, non comme un jeu d’échecs où tout est calculé, non comme un match où tout est difficile, non comme un théorème qui nous casse la tête, mais comme une fête sans fin, où Ta rencontre nous renouvelle, comme un bal, comme une danse entre les bras de Ta grâce, dans la musique universelle de l’Amour ». Le second est, comme il était dit, dans la présentation du projet MP3, que notre groupement paroissial Notre Dame de la Fraternité, devienne véritablement un lieu de vie où les activités ne soient pas cloisonnées suivant les générations mais un endroit d’échange entre tous. Le Pape François rappelle souvent que : [« la vieillesse constitue « la saison du dialogue ». Pour bâtir une société plus juste, plus belle et plus solidaire, les personnes âgées sont appelées à dialoguer avec la jeune génération. Selon lui, le futur de la société repose sur cet échange intergénérationnel »].

 

 

Georgette et l’équipe du site internet.
Photos de Jean-Lucien G. et de Merlin

X