Dimanche 15 Novembre 2020, Journée mondiale des pauvres et journée nationale du Secours Catholique. Vous pouvez faire un don sur le site secours-catholique.org ou en utilisant les enveloppes disponibles dans l’église. Merci.

 

Trois mots grammaticalement abstraits mais bien concrets pour l’équipe locale du Secours Catholique.

Convivialité avec tous ceux qui nous ont aidés, il y a trois semaines, pendant tout le week-end, à collecter des denrées alimentaires devant trois magasins de St Gratien, et à décharger les cartons dans la cave du presbytère, convivialité le vendredi, chaleureuse et recherchée par les accueillis mais matériellement réduite malheureusement depuis les contraintes des mesures sanitaires.

Solidarité de nos concitoyens donateurs qui, cette année encore, se sont montrés généreux et dont la bienveillance nous a une fois de plus positivement étonnés, vu la situation financière actuelle de beaucoup, solidarité des membres de l’équipe qui ont, durant l’été, distribué plus d’une centaine de sacs pleins de nourriture pour dépanner les personnes les plus fragiles. Nous avions repris l’accueil à la mi-septembre, dans des conditions particulières bien sûr, mais nous avons dû de nouveau, jeudi 29 octobre, remplir les caddies pour quelques semaines avant de réfléchir à une future manière de fonctionner pendant ce re- confinement.

Fraternité surtout pour nous Chrétiens : dans ces temps de pandémie où les plus faibles se retrouvent isolés, prendre soin les uns des autres, c’est notre responsabilité collective. Montrons-nous des « veilleurs », soyons des « anges gardiens » les uns pour les autres.

Le nouveau nom de notre groupement paroissial ne contient-il pas le mot Fraternité ?

Concitoyens, accueillis, membres de l’équipe et sympathisants, quelles que soient nos conditions de vie, notre santé ou notre Foi, nous sommes « tous frères » : la nouvelle encyclique du pape François nous le rappelle et nous fait prendre conscience du besoin que nous avons de l’autre, pour vivre, pour grandir, pour aimer. « Nous avons une responsabilité vis-à-vis des autres et du monde. » disait-il déjà dans Laudato si.

La liturgie vient de nous faire réécouter Saint Jean : « Bien-aimés, dès maintenant nous sommes enfants de Dieu… » ou encore « Nous devons aimer : non pas avec des paroles et des discours, mais par des actes et en vérité » (1 Jean 3).

Surtout, que nous ne cherchions pas à nous cacher (comme Caïn ou Jacob) quand la question nous sera posée par notre Père à tous :

« Qu’as-tu fait de ton frère ? »

 

Pour l’équipe, Marie-Hélène.

X