Dimanche 25 octobre, Mgr Olivier Leborgne, vice-président de la Conférence des Évêques de France et membre de l’instance de dialogue entre Église catholique et le gouvernement français a été installé dans ce vaste diocèse marqué par la crise et cependant riche d’une forte piété populaire. Sixième de France avec près d’un million et demi d’âmes, il s’étend entre le bassin minier de Lens-Béhune, Le Touquet, l’Audomarois, le port de Boulogne-sur-Mer, Arras et Calais (grande ville de 75000 habitants).

 

 

Dans cette région, fortement touchée par le chômage et la paupérisation, les racines chrétiennes sont encore vivaces dans les espaces ruraux alors que les secteurs populaires sont largement déchristianisés. La convivialité légendaire des gens du nord est l’atout de cette Église missionnaire, pétrie de la Doctrine Sociale de l’Église. Elle fourmille d’initiatives telles que les TOP « les Tables Ouvertes Paroissiales ». A Arras, Beuvry, Boulogne-sur-Mer et Lens se sont créées des « fraternités Pierre d’angle », lieux de vie fraternelle pour les personnes les plus abîmées par la vie qui tissent des liens ensemble. Le Secours Catholique et les chrétiens de Calais sont très présents dans ce diocèse traversé par des milliers de migrants qui rêvent de s’installer en Angleterre. Samuel Prieur, délégué diocésain explique : Notre mission c’est « être l’Église auprès des plus démunis ». Les exilés à Calais, incarnent une question internationale, pour eux, nous sommes « une goutte d’humanité dans le flot continu de migration » témoigne-t-il.

Mgr Olivier Leborgne, 56 ans, succède à Mgr Jean-Paul Jaeger. Après avoir commencé l’école supérieure de commerce de Rouen, il est entré au séminaire d’Issy-les-Moulineaux en 1984 et a été ordonné prêtre pour le diocèse de Versailles en 1991. Son expérience pastorale se nourrit de nombreuses missions. Après une licence canonique de théologie morale à l’Institut catholique de Paris, il a été responsable diocésain des Journées Mondiales de la Jeunesse de Paris, délégué diocésain à la pastorale des jeunes (1998-2001) et a longtemps travaillé à la formation des laïcs. En 2018, il a coécrit avec François Ruffin un livre (Paix intérieure et paix sociale : dialogue entre un député et un évêque sur la spiritualité et la politique). Homme de dialogue, il souligne qu’être évêque d’un territoire : « c’est tisser un lien très fort avec un peuple… ». Les questions sociales seront au cœur des préoccupations de celui dont la devise épiscopale est tirée de la 2eme lettre de St Paul aux Corinthiens : « Serviteur, à cause de Jésus ».

 

L’équipe du site internet
Sources : Christophe Henning – Journal la Croix du 25-10-2020 et du 04-09-2020

X