Prendre du temps pour n’avoir d’autre occupation qu’admirer :
Le lac serti dans les rochers, la calme obscurité de la forêt, les arbres jetant aux quatre coins le chant vibrant de leurs frondaisons, la palette éclatante du ciel alors que le soleil regagne son refuge aux bords de l’horizon.
Les fruits offrants leurs saveurs, l’écharpe du vent enroulant dans ses plis les délicats pastels des nuages effilochés.
Les œuvres sorties des mains humaines, l’architecture des villes nouvelles, la solidité trapue des églises romanes, les nervures entrelacées des arcs gothiques, les cathédrales murmurant aux passants la foi capable de sculpter la pierre, les peintures aux lignes folles transfigurant la réalité.
Les rues bruissantes d’humanité, les cris des enfants, les visages venus d’ailleurs.
Et, derrière ce qui est beau, deviner la présence de Celui qui a offert la terre aux humains afin qu’ils la transforment en espace de beauté pour tous.

Charles Singer (1876-1960)

Photo Jean-Lucien Gaudin : Moulin – Veules-les-Roses (Seine-Maritime)

X