Pour continuer à découvrir Marie en ce mois de mai, nous vous présentons un tableau sur l’annonciation ; celui d’Antonello de Messina. Ce peintre italien né vers 1430 à Messine (Sicile) s’est familiarisé avec les arts, dans sa ville natale puis à Palerme, avant de partir pour Naples vers 1450. C’est là qu’il découvre les peintures espagnoles, provençales et Flamandes. Ces dernières auront une forte influence sur sa pratique du portrait. Travaillant sur les expressions, il a placé la figure humaine au centre de sa réflexion. C’est ce que, en contemplant ce petit tableau réalisé entre 1474 et 1476, nous pouvons découvrir. Il est l’un des trésors de la Galerie Régionale de Sicile du palais Abetallis (ou palais Patella) à Palerme.

L’annonciation est un thème fréquent dans l’art iconographique. Marie y est représentée lisant un ouvrage posé sur un chevalet ou bien tenant un livre à la main que, sous l’effet de la surprise, elle laisse tomber. Pourquoi la présence d’un livre ? Les évangiles canoniques ne donnent pas de détails sur la naissance et la vie de la Vierge Marie. Toutefois, des ouvrages apocryphes (dont le protévangile de Jacques), parlent de ses parents Joachim et Anne ainsi que de sa consécration à Dieu suite à un vœu de sa mère longtemps stérile. Marie, de l’âge de trois ans jusqu’à la puberté, aurait passé son enfance au temple. Ces représentations picturales nous indiquent qu’Elle devait donc connaître les écritures et les méditer.

Ce portrait (tempera et huile sur bois) représentant l’annonciation est inhabituel. D’une grande sobriété, il est centré sur le visage de Marie. La Vierge n’est y est pas luxueusement vêtue. Elle est habillée avec simplicité, à la façon des femmes juives de son temps. Autre nouveauté, l’Ange Gabriel (c’est lui qui annonce à Zacharie qu’il va avoir un fils), traditionnellement représenté à gauche de celle que Dieu a choisie pour entrer dans le monde, est ici absent. Seuls les gestes de la jeune femme, main droite levée, celle de gauche refermant son voile bleu sur sa robe, la direction de son regard et l’éclairage de la moitié de son visage indiquent une présence inhabituelle alors qu’elle est en train de lire. Que lit-elle au moment où un souffle léger (présence de l’Ange, de l’Esprit Saint) soulève et fait tourner l’une des pages du livre qu’elle étudie, un psaume, la lecture d’une prophétie ? … Cette page qui tourne ne serait-elle pas le signe d’un passage, celui de l’Ancienne Loi à une Nouvelle Loi !

La gestuelle de la jeune femme exprime surprise et incompréhension : « Que me veux-tu, que me dis-tu, c’est impossible, comment cela pourrait-il se faire ? ». Outre l’étonnement, sa main droite semble également traduire une demande d’attente. Marie, bouleversée et s’interrogeant, a besoin de quelques instants avant de donner cette réponse dont dépendra le salut de l’humanité.

Dans cette œuvre, toute l’attention se concentre sur la présence de Marie, sur la délicatesse de son doux visage à l’ovale parfait et sur ses gestes qui expriment sa stupeur, son bouleversement, ses doutes, son interrogation. Et nous restons suspendus à ses lèvres, nous sommes dans l’attente de son « fiat » ! … Son visage serein, ses yeux pensifs qui fixent l’Ange, nous donne déjà sa réponse : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole… » (Lc 1, 38).

Ce premier oui de Marie en a entraîné bien d’autres. De la conception à la pentecôte, sa vie a été faite de questionnements, de méditations et d’acceptations. Elle s’est toujours laissée guider par l’Esprit Saint, Elle en est devenue le Temple ! Et nous, oserons-nous nous laisser entraîner comme elle dans la mission, oserons-nous répondre oui à la demande du Seigneur qui nous demande de faire de notre « cœur » un véritable sanctuaire de l’Esprit Saint, oserons-nous l’écoute et oserons-nous témoigner de notre foi, de notre amour pour Dieu et de la joie qui nous habite ?

En ce mois de mai, faisons nôtres les demandes de ce chant bien connu : Marche avec nous, Marie, sur nos chemins de foi, ils sont chemin vers Dieu… Marche avec nous, Marie, aux chemins de l’annonce, ils sont chemins vers Dieu … Marche avec nous, Marie, aux chemins de l’écoute, ils sont chemins vers Dieu… Marche avec nous, Marie, sur nos chemins de croix, ils sont chemins vers Dieu … Marche avec nous, Marie, aux chemins d’espérance, ils sont chemins vers Dieu… Marche avec nous, Marie, aux chemins de ce monde, ils sont chemins vers Dieu …

Marche, marche avec nous Marie et soutiens-nous !

 

Georgette
Sources : Narthex (Art Sacré – Patrimoine – Création) et Article le Temps (Culture) Se tenir face à Marie (9-8-2015)
Image : Vierge de l’Annonciation d’Antonello de Messine – Collection Galerie Nationale de Sicile à Palerme – Wikimédia Commons – Libre de droit – Licence Créative Commons.

X