Méditation sur le livre de Josué, chapitres 3 et 4

 

 

J’espère que vous avez bien dormi après les aventures palpitantes des deux espions envoyés par Josué en repérage de la Terre Promise !

Aujourd’hui nous y sommes, le livre de Josué nous raconte le passage du Jourdain de tout le peuple enfin arrivé à destination.

1. Après avoir été libéré du joug de pharaon et des égyptiens, le voilà enfin libre dans la Terre que lui a donné le Seigneur (Josué 3 et 4). Les eaux du jourdain qui s’ouvrent au passage du Peuple et de l’Arche d’Alliance ne sont pas sans rappeler le passage de la mer rouge, il est pour nous chrétiens une figure du baptême !

Le Christ le jour de notre baptême nous a fait passer de la mort à la vie, de la mort au vieil homme pécheur, à la vie nouvelle des enfants de Dieu ! Par le baptême nous avons été rendus participant de la mort et de la Résurrection du Christ ! Le Christ nous a libérés alléluia !

Vous allez me dire, très bien, mais concrètement, nous sommes toujours confinés… Et oui… Pour le peuple en Terre Promise, vivre l’Alliance avec le Seigneur au jour de jour ne va pas être si facile que cela.  Tout comme un néophyte qui reçoit le baptême et qui après la joie profonde de la réception de ce sacrement s’aperçoit que le combat continue, que la vie n’est pas si simple…

2. C’est pourtant la liberté que le Seigneur veut nous donner, au cœur même de ce confinement !

Je relisais il y a quelques temps le récit d’une chrétienne persécutée pour sa foi, Nijolé Sadunaïté, qui a été condamnée en Lituanie dans les années 80 à six ans de goulag pour avoir participé à la diffusion d’une chronique de l’Église alors que cela lui était interdit.

Enfermée et maltraitée, elle témoigne pourtant d’une grande liberté intérieure face à ses bourreaux et n’hésite pas à dire que ces mois d’incarcération ont été pour elle les plus heureux de sa vie ! Jamais elle n’avait senti si proche la présence de Dieu par la paix profonde qui lui donnait la force de supporter les mauvais traitements.

La source de sa joie et de sa liberté ? Sa relation vivante au Christ dans la prière : « il est le cep nous les sarments » rappelait-elle !

C’est pareil pour nous. Au cœur même de notre confinement, le Seigneur veut nous donner sa Paix et sa Joie !

Nous-mêmes pouvons faire l’expérience de cette paix profonde que le Seigneur Ressuscité nous donne en l’accueillant dans notre cœur dans le silence de la prière. Plusieurs d’entre nous en avons fait l’expérience durant ce dernier mois.

Accueillons le Seigneur Ressuscité qui nous donne la vraie liberté !

X