Dimanche de Pâques
Résurrection du Seigneur, Année A

 

 

Fiche de prière du Dimanche de Pâques

Cliquez ici pour télécharger la fiche

 

Homélie de Vianney Baudouin

Évangile

Dans l’obscurité de la nuit, dans la pénombre des ténèbres, la lumière a éclaté. Jésus est vivant !

Du mercredi des cendres jusqu’à aujourd’hui et durant tout le temps pascal, des moteurs sont en route et ils n’ont pas cessé de nous faire avancer. Ceux que j’ai appelé moteurs, ce sont les aspirations profondes de notre cœur qui souhaitent être habitées par Jésus : il y en a cinq. Désirer, rechercher, découvrir, donner, annoncer.

Heureux le cœur qui désire Jésus, voilà notre première aspiration. Désirer Jésus. Ce temps du confit carême ce temps de pénitence et d’épreuves nous a fait creuser le désir de Jésus de mieux le connaître, de lui laisser plus de place dans nos vies et dans nos familles, d’être comme de quêteurs, humblement à genoux devant notre Dieu et de lui dire « Jésus mon cœur te désire ardemment. » Heureux sommes-nous d’avoir le désir de Jésus. Heureux le cœur qui recherche Jésus.

Ce deuxième moteur est essentiel, la recherche. En regardant dans un dictionnaire, il est dit du verbe rechercher : désirer de voir, de connaître de fréquenter. Nous avons accompagné Jésus dans ses heures de la Passion et comme ces foules nous étions là et nous l’avons recherché avec les yeux de notre cœur pour essayer de le voir. Nous voici arrivés au tombeau avec Marie Madeleine. La pierre est enlevée. Elle s’affole et part avec précipitation rechercher Pierre et l’autre disciple. Toutefois au tombeau il reste les linges mais où est Jésus ? Ce moteur intérieur nous pousse encore une fois à être là, à rechercher Jésus, c’est à dire à le connaître et avec Qahal, notre fraternité nouvelle, eh bien nous avons essayé ensemble de rechercher Jésus.

Heureux le cœur qu’ils découvre Jésus. Découverte avec le disciple que Jésus aimait, avec Simon Pierre, avec Marie-Madeleine, que le cœur de Jésus nous a aimés jusqu’au bout, qu’il ne nous a pas abandonnés. Découvrir que son amour est passé par la mort et jubile maintenant dans la vie. Il vit et il crut, nous dit l’écriture. Découverte lumineuse que tout ce que Jésus a enseigné est vrai. Ils comprennent alors qu’ils n’ont pas été abandonnés par le Christ mais Jésus-Christ a vécu tout cela pour nous sauver par amour. Leur cœur éclate de joie. Nous-mêmes en ce jour de la résurrection notre cœur éclate de joie car il découvre que Jésus est le vivant par excellence. Heureux doit être notre cœur aujourd’hui car nous découvrons que Jésus est ressuscité. Alléluia !

Et cela nous conduit au quatrième moteur : Heureux le cœur qui se donne à Jésus comme Jésus s’est donné à nous dans son Eucharistie et sur la croix. Jésus ressuscité trône dans notre cœur. Il est la lumière de notre vie. À mon tour, Jésus je te donne mon cœur. Le jour de Noël, j’en ai fait une mangeoire pour t’accueillir, aujourd’hui jour de Pâques je te donne mon cœur que tu y fasses ta demeure, que tu y vives et que je vive de Toi. Jésus, je suis si heureux de Te donner mon cœur par amour, fais de mon cœur… un cœur de ressuscité !

Heureux le cœur qui annonce Jésus ! Je ne peux pas me retenir, Seigneur ! Je veux annoncer à tous ! Je veux être comme Marie Madeleine qui a été voir les disciples. Oui Seigneur, nous voulons annoncer à tous ton nom afin que tous croient, afin que tous connaissent la force de ton amour, la joie, le bonheur que tu donnes car tu es le vivant pour tous. Personne ne doit passer à côté de cette joie ! Personne ne doit être privé de cette grâce.

Alors ce matin, nous ne sommes pas réunis tous ensemble dans nos églises mais nous sommes le corps du Christ vivant, ressuscité, un cœur unique qui bat au rythme de la joie de Pâques. Heureux est le cœur du Christ qui bat en chacun de nous et qui veut battre dans le monde entier.

Seigneur, fais de nous des témoins qui osent annoncer et sans repos Ta résurrection. Fais de nous des disciples missionnaires de l’amour.

Oui, heureux le cœur qui aime Jésus. Qu’ils sont beaux les cœurs des paroissiens de notre groupement qui témoignent avec tant d’ardeur de leur foi au Christ ressuscité.
Amen. Alléluia.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (20, 1-9)

Homélie

Le premier jour de la semaine,
Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ;
c’était encore les ténèbres.
Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.
Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple,
celui que Jésus aimait,
et elle leur dit :
« On a enlevé le Seigneur de son tombeau,
et nous ne savons pas où on l’a déposé. »
Pierre partit donc avec l’autre disciple
pour se rendre au tombeau.
Ils couraient tous les deux ensemble,
mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre
et arriva le premier au tombeau.
En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ;
cependant il n’entre pas.
Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour.
Il entre dans le tombeau ;
il aperçoit les linges, posés à plat,
ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus,
non pas posé avec les linges,
mais roulé à part à sa place.
C’est alors qu’entra l’autre disciple,
lui qui était arrivé le premier au tombeau.
Il vit, et il crut.
Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris
que, selon l’Écriture,
il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

– Acclamons la Parole de Dieu.

X