Le rendez-vous était fixé à 7h30 pour le petit déjeuner, suivi des laudes, avant de prendre la route pour une journée de marche dans la cité de saint François et de sainte Claire.

Guidés par le Père Alexandre à travers la ville, nous atteignons d’abord la cathédrale d’Assise (San Rufino), lieu du baptême de saint François, jouxtant la demeure familiale de sainte Claire.

Nous nous sommes ensuite rendus à la basilique Sainte-Claire, où se trouve le crucifix de Saint Damien.

Le Christ en croix qui apparaît comme Christ ressuscité, il est là, avec son regard posé sur nous.
C’est par ce crucifix que saint François a entendu la parole l’appelant à rebâtir son église, suite à laquelle il s’était remis à restaurer Saint-Damien.

Suite au recueillement devant le crucifix, nous aussi sommes appelés à rebâtir l’église, à la suite de saint François.

La matinée a ensuite été marquée par une belle rencontre avec une sœur Clarisse française, Marie-Ange, nous parlant avec beaucoup de simplicité et avec son cœur. Elle nous a laissé comme message que le monologue intérieur devienne dialogue avec Dieu.

Une fois les batteries rechargées, la cinquantaine de pèlerins s’est dirigé vers San Damiano, restaurée par saint François, premier monastère de l’ordre des Clarisses.

Dernière visite de la journée, nous avons repris le chemin vers la basilique Saint-François, ponctué par un fort dénivelé (aussi appelé « faux-plat » par le trio de prêtres), situé aux abords de la vieille ville d’Assise.

À l’intérieur, aussi bien dans la basilique inférieure que supérieure, nous avons constaté un parallèle entre la vie de saint François et celle du Christ à travers toutes les fresques. On rencontrait le Christ en rencontrant saint François !

Après un temps libre et le dîner, nous nous sommes retrouvé dans la salle plénière de l’hospitalité pour non pas une, mais deux sketchs !

La première, est un « Fioretti », interprété par la fraternité des Bâtisseurs sur « comment saint François fit tourner plusieurs fois frère Massée sur lui-même puis s’en alla ».

La seconde, est proposée par les plus jeunes pèlerins, inspiré du « Fioretti » de la conversion du loup féroce de Gubbio, avec un refrain très marquant : « loup, loup, petit loup, convertissez-vous » !

En ce deuxième jour, nous avons commencé à ronger sur notre quota de pèlerins égarés… Mais retrouvés !

Pour clôturer ce second billet du journal de bord, une prière dite par saint François devant le crucifix de Saint Damien, reprise par tous les pèlerins pour l’occasion :

« Dieu très haut et glorieux, viens éclairer les ténèbres de mon cœur ; donne-moi une foi droite, une espérance solide et une parfaite charité ; donne-moi de sentir et de connaître, afin que je puisse l’accomplir, Ta volonté sainte qui ne saurait m’égarer. Amen. »

— La fraternité des « Bâtisseurs »
Jojo, Agnès, Ky Van, Georgette, Sophie & Sophie, Latina, Annick et Jean-Pierre

 

X