Que voit Syméon ce matin-là ?

Comme beaucoup d’autres fois sans doute, ce qu’il voit, c’est un enfant qui s’approche, tenu dans leurs bras par son père et sa mère. Rien ici de bien glorieux ni d’éclatant, rien en fait de bien lumineux. Et pourtant, dans cet enfant, Syméon reconnaît le salut de Dieu venant jusqu’à lui, la lumière des peuples…

Poussé par l’Esprit, il ouvre les yeux sur quelque chose d’ordinaire, et c’est pour lui la merveille !

Comment nous attendons-nous à voir le Seigneur s’approcher, se présenter à nous, se révéler ? Dans l’éclat d’une lumière hors du commun, ou dans la simplicité d’un enfant de son peuple ? Dans l’extraordinaire de nos vies ou dans le plus ordinaire, le plus familier ? Quelle est cette lumière que nous attendons ?, n’est-elle pas au plus proche ?

Le plus ordinaire de ma vie : n’est-ce pas dans ces lieux que la lumière du Seigneur vient me visiter, qu’il souhaite me rencontrer comme le Sauveur qui m’est donné ?

Poussés par l’Esprit, nous aussi, demandons-lui la grâce de laisser sa lumière éclairer notre  ordinaire et révéler là son visage.

Amen

Image : Pxhere – CCO Domaine public

X