Télécharger le bulletin des paroisses

Fête de l’Epiphanie
La Fête du 6 janvier appelée Epiphanie,
terme grec qui signifie manifestation, remonte
aux premiers siècles chrétiens.
Alors que la Fête de la Nativité se limitait à la Naissance du Sauveur,
les chrétiens ont cherché à célébrer les premières manifestations publiques
du Christ Seigneur. A l’époque, on en comptait trois : la visite des Mages,
le baptême de Jésus, les Noces de Cana.
Un texte liturgique, l’antienne du Cantique de Marie (Magnificat) des Vêpres
de l’Epiphanie, résume ainsi cette tradition : « Nous célébrons trois mystères
en ce jour : aujourd’hui l’étoile a conduit les Mages vers la crèche ;
aujourd’hui, l’eau fut changée en vin aux Noces de Cana ; aujourd’hui,
le Christ a été baptisé par Jean dans le Jourdain pour nous sauver, alleluia. »
Cette antienne montre comment, dans sa diversité, l’Eglise est parvenue
à délimiter et à fixer le « noyau dur » de la tradition primitive, portant non
seulement sur l’histoire personnelle de Jésus et de ses premiers témoins, mais
sur la communion entre différentes branches chrétiennes déjà dispersées et
éloignées les unes des autres.
Si le terme épiphanie signifie manifestation, c’est l’ensemble de la Tradition
ecclésiale qui la porte et en témoigne depuis l’époque apostolique.
Cette manifestation ne se réduit évidemment pas à la détention historique
d’un témoignage sous forme de paroles ou d’écrits « codifiés » en fonction
de leur destination. Aujourd’hui, comme hier et comme demain, témoigner
vise à susciter et à constituer des « vivre ensemble » caractéristiques de
la nouveauté évangélique généreusement manifestée par le Seigneur et
ses apôtres.
Père Damien Noël

X