Vincent Destival, 59 ans, marié, père de deux enfants et grand-père, a pris les fonctions de délégué général du Secours Catholique en octobre dernier.

 

Après de hautes études, il a dirigé plusieurs grandes institutions dont l’Unedic qu’il a quittée pour rejoindre le Secours Catholique. Dans un entretien, il explique que cette fonction est la suite de son engagement de 22 ans au sein de cet organisme. Pendant cette période, il y a travaillé autour des questions sociales : emploi, formation professionnelle, chômage, politiques publiques et étudié leur impact sur des personnes qui ne sont pas les plus favorisées sur le marché du travail.

 

Ses engagements ecclésiaux, professionnels et son bénévolat, l’ont mené à ce qui, a priori, sera sa dernière expérience professionnelle.

 

Ses nombreuses occupations ne l’ont pas empêché d’obtenir, l’an dernier, un baccalauréat canonique en théologie à l’Institut Catholique de Paris. Il avait choisi pour thème : le mode d’action des chrétiens dans le champ politique. Ce n’est pas très loin des questions dont il va maintenant s’occuper. Le projet national du Secours Catholique défend l’idée de donner la parole aux personnes en précarité et de leur permettre d’être actrices de la solution. Il s’agit d’agir avec elles et non pas pour elles. C’est un horizon vers lequel doit tendre, à leur rythme, les différentes équipes.

 

Il souligne que le thème de la révolution fraternelle est profondément évangélique et combien cette expression de « fraternité » (vivre comme des frères) est belle, même si, malgré notre devise républicaine, elle a bien du mal à se construire.  Avec ce trésor affirme-t-il, nous sommes dans nos équipes, à la fois au service de l’Eglise et de la Société.

 

Portons le dans nos prières ainsi que toutes les équipes qui oeuvrent sur le « terrain » et n’omettons pas d’y joindre les personnes qui ont recours à elles.

 

Georgette

 

Source : Actualités secours catholique – Caritas France et Image logo du Secours Catholique

X