Ce matin ont eu lieu les obsèques de Mgr Etchegaray.

Nous vous invitons à lire les différents hommages qui lui ont été rendus.

–  [« Pasteur infatigable, vous étiez avant tout un ami du Christ. Votre Espelette vous aidait à comprendre Son Nazareth et vos piments n’avaient rien à envier à Ses figuiers. »« Ensuite c’est la glaise de Marseille qui a collé à vos semelles de cardinal. Et nous, Marseillais, étions bien fiers de savoir que, lorsque vous voyagiez ailleurs, c’est un peu de Marseille que vous emportiez avec vous. (…) Cher père Etchegaray, par ma voix ce matin, à laquelle s’associe notre maire Jean-Claude Gaudin, le peuple de Marseille vous salue et vous dit merci. »  (Mgr Jean-Marc Aveline – Archevêque du Diocèse de Marseille)

– « De Marseille à la Curie, vous êtes resté un homme d’union et de dialogue (…) Dès que l’oppression gagne et les conflits font rage vous intervenez, vous parlez, vous permettez aux esprits de s’apaiser, aux hommes de retrouver le sens de l’échange. En Irak, à Sarajevo, au Rwanda et à Cuba, dans un monde divisé par la guerre froide et marqué par les conflits les plus durs, vous ne perdez jamais votre foi en l’homme, en sa bonté et sa capacité à se réconcilier. Vous êtes une lueur de paix dans des terres marquées par la haine et la rancœur. Partout où vous allez, dans toutes vos missions, mêmes les plus difficiles, mêmes les plus délicates, vous inspirez le respect. » (Laurent Nunez – Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’intérieur ).

– … « Il n’est pas usuel que les obsèques d’un cardinal de la Sainte Église romaine aient lieu dans la cathédrale de son pays natal. Le cardinal Etchegaray n’aimait pas les honneurs. Il les prenait parce qu’on lui proposait. Il vécut trente ans au Vatican, sans être véritablement romain. Il fut le compagnon de route de Jean-Paul II qui le créa cardinal le 30 juin 1979 (…) Le cardinal avait des certitudes très raides, très fortes. Mais il aimait la conversation au sein de notre compagnie de l’Académie des Sciences Morales et Politiques (…). Il la faisait, avec gentillesse, joie, un certain humour permanent, il ne prenait personne au sérieux. Mais tout le monde le prenait lui au sérieux. Car le cardinal irradiait. Sa grande parole était que la foi libère puisqu’elle est la vérité » (Philippe Levillain – membre de l’Académie des Sciences Morales et Politique)

 

– « Roger Etchegaray avait au cœur cette foi solide et généreuse transmise par ses racines basques. Son accent chaleureux comme le béret qu’il aimait porter trahissait cette origine. Espelette déjà connu pour le piment gardera pour toujours le souvenir de celui qui deviendra cardinal de l’Église romaine et qui demeura attaché jusqu’au bout au lieu qui l’avait vu naître le 25 septembre 1922 (…) Cela nous fait vraiment du bien d’avoir devant nos yeux cet exemple de vie sacerdotale, toute donnée à Dieu et à la mission de l’Église, pour servir les hommes, nos frères. Après avoir participé comme expert au concile Vatican II, l’abbé Etchegaray sera pour quelques années au service du secrétariat de la Conférence des évêques de France. Mais partout ou il passera il restera un homme de terrain un pasteur attentif aux personnes(Cardinal Dominique Mamberti)

 

– « Apprenant avec grande peine le décès du cardinal Roger Etchegaray, je tiens à vous exprimer mes vives condoléances et mon union dans la prière. Ce fut un pasteur zélé et aimé du peuple, qu’il avait été appelé à aimer et à servir. Je garde un souvenir ému de cet homme à la foi profonde et au regard tourné vers les extrémités de la terre, toujours en éveil quand il s’agissait d’annoncer l’Évangile aux hommes d’aujourd’hui… » (Message de condoléances du Pape François).

 

De nombreux évêques étaient présents à la cérémonie ainsi que des représentants d’autres religions qui ont souligné : « La qualité d’architecte du dialogue interreligieux du cardinal Roger Etchegaray ».

 

Mgr Echegaray a marqué le personnel soignant de la maison de retraite par sa simplicité et sa chaleur humaine. Une des soignantes témoigne : le matin il nous interrogeait « Avez-vous bien mangé et bien dormi ? ».  Et le soir, il disait : «  Si vous êtes fatigués, rentrez chez vous ».

 

Ses obsèques ont été à son image : simple et priante. Elles nous invitent à méditer sur la force de la modestie et de la prière de cet homme qui : « a acquis un cœur universel, à l’écoute des petits comme des grands » et qui s’est éteint « paisiblement », « …les yeux tournés vers le ciel »  (Mgr Marc Aillet).

L’Equipe du Site Internet

Source La Croix et Sud Ouest

 

 

X