Du 8 au 11 juin, douze collégiens et cinq animateurs ont participé au Frat de Jambville qui, comme chaque année, a lieu pendant le week-end de la Pentecôte. Cette année, le thème en était : « Soyons Saints ». Dans une société matérialiste qui, souvent leur offre des projets qui ne donnent pas vraiment sens à la vie , c’était une occasion,  pour ces jeunes adolescents, de prendre conscience que, par notre baptême, nous sommes tous appelés à la sainteté. Elle n’est pas réservée à des êtres extraordinaires puisque  Dieu a déposé en chacun quelque chose de saint qu’il faut faire grandir.

 

   

              

        

Ils y ont découvert que l’Eglise célèbre des saints  au rayonnement international tels que Ste Bernadette de Lourdes et sa simplicité, St François d’Assise et son appel à reconstruire l’Eglise mais aussi des moins connus comme Ste Joséphine Bakhito, cette ancienne esclave Soudanaise devenue religieuse chez les filles de la charité.

                                                    

 

Elle honore également des jeunes tel que St Dominique Savio, qui toujours joyeux, a parcouru le chemin de la perfection sous la direction de St Jean Bosco ; mort à quinze ans il est devenu le St Patron des jeunes délinquants parce qu’il aidait ses camarades à retrouver le chemin de l’évangile… Quant aux petits bergers de Fatima, Francisco et Jacinta Marto, ils sont actuellement les plus jeunes saints de l’Eglise.

 

                        

 

Plus récemment, des adolescents ont été reconnus Bienheureux ou Serviteurs de Dieu. Ainsi Chiara Badano a été déclarée Bienheureuse le 20-09-2010. C’était une adolescente aimant chanter, danser, faire du sport. Atteinte d’un cancer des os à 17 ans, elle est restée positive jusqu’à sa mort à l’âge de 19 ans. Ses dernières paroles ont été le reflet de sa joie demeurée intacte : «  Adieu, soyez heureux car je le suis ».Le jour de sa béatification, Mgr Amato a ainsi défini Chiara : « Cette jeune fille moderne, sportive, positive, dans un monde plein de bien être mais souvent malade de tristesse et d’absence de bonheur, nous transmet une message d’optimisme et d’espérance ». Carlos Acutis, proclamé Serviteur de Dieu était, quant à lui, un passionné d’informatique. Il avait mis sa passion au service de l’Eglise en créant des sites Internet et en montant des films sur la foi. Atteint d’une leucémie foudroyante il est mort en septembre 2006 en offrant ses souffrances et sa mort pour l’Eglise, le pape et les Jeunes. *

                         

 

Dernièrement, en ce mois de Juin, un jeune Philippin, Darwin Ramos a été lui aussi reconnu Serviteur de Dieu  par le Vatican. Son histoire, je l’avais découverte en 2017. Né en 1994 dans une famille très pauvre, il avait passé les premières années de sa vie dans les bidonvilles de Pasay City (banlieue de Manille). Afin d’aider sa famille, il était devenu enfant mendiant dans les rues. Sa mère avait remarqué qu’il perdait fréquemment l’équilibre et un examen médical avait révélé qu’il était atteint d’une myopathie de Duchenne. En 2006, à l’âge de 13 ans il avait été recueilli par un éducateur de l’association « Tulay ng kabataan » (un pont pour les enfants en langue philippine) présidé par un prêtre Français : Matthieu Dauchez. C’est dans l’un de ces centres que commença pour lui une nouvelle vie. Il y découvre la foi catholique et reçoit en 2007, les trois sacrements de l’initiation : baptême, première communion et confirmation. C’est alors que ses qualités d’écoute et de soif spirituelle se sont pleinement révélées. Aimable avec tous, cherchant à résoudre les conflits, toujours joyeux, il a étonné les pères par sa sagesse qui lui inspirait des phrases comme celle-ci « Un chrétien, c’est celui qui prend soin de Jésus ».Sa santé s’est peu à peu dégradée et en 2012, il a dû être hospitalisé. Malgré ses difficultés à respirer et ses souffrances, il a continué à sourire et a témoigné amitié et gratitude à tous ceux qui l’entouraient et le soignaient. Le 20 septembre 2012, son état est devenu critique et il est mort le 23 après avoir écrit : « Un immense merci » puis «  Je suis très heureux, je suis très heureux ». **

                              

 

La vie de ces adolescents, qui avaient développé une relation personnelle et profonde avec le Christ grâce à la prière, est un exemple pour tous. Elle nous indique que la sainteté prend source dans les petites actions quotidiennes. Nous la vivons lorsque : nous consolons avec patience celui qui est dans la peine ; quand nous sommes à l’écoute de l’autre et que nous nous efforçons de ne pas blesser notre prochain par nos paroles ; au moment où nous nous réconcilions, malgré la blessure infligée, ou que nous reconnaissons notre faiblesse devant Dieu et le prions dans un véritable cœur à cœur en prenant le temps de nous confier à lui … Nous devenons « saints » quand nous donnons le meilleur de nous-mêmes. Le Bienheureux Père Marie Eugène de l’Enfant Jésus (Carme Dechaux) et le Pape Benoît XVI ont donné deux belles définitions de la sainteté : « Le Saint est celui qui laisse Dieu triompher en lui » – « Pour être Saint, il ne s’agit pas de réaliser des œuvres extraordinaires, ni de posséder des charismes exceptionnels ; il est simplement nécessaire de suivre Jésus, de l’écouter, sans se laisser abattre devant les difficultés ».

Quand le doute s’installe en nous, quand la tentation de baisser les bras se fait sentir, pensons à ces jeunes vies vouées à Dieu avec confiance et faisons nôtre cette courte prière de Darwin : « Seigneur, quand tout espoir nous quitte, quand nos fardeaux sont trop lourds et que nous n’en pouvons plus, étend vers nous tes bras et guéris-nous, console-nous. Nous te demandons humblement ton esprit d’amour ».

 Georgette

Sources : * Aleteia – ** Journal la croix du 03 Juin et Aleteia du Juin 2019

 

X