“ Tu crois à la résurrection, cela ne veut rien dire.

As-tu fait l’expérience d’une résurrection ? Quelqu’un t’a t-il ressuscité ?

C’est parce que j’ai l’expérience d’une résurrection que j’y crois.

Voyez l’Evangile : le Christ les a ressuscités parce qu’ils les a aimés.

Est-ce que quelqu’un t’a déjà pardonné de telle façon  qu’il te fasse connaître, après le pardon, une vie que tu ignorais avant ?

Un premier signe qu’on est ressuscité : brusquement on s’aperçoit qu’on était mort, on se trouve bien,  on n’a pas mal, on ne souffre pas, on ne sait rien.

On ne fait même pas de péché : on est mort.  Mais quand on est ressuscité, brusquement, on s’aperçoit qu’on était mort.

Et on se demande : comment ai je pu vivre ainsi ?  Je n’aimais rien, je n’attendais rien, je ne voulais rien et je me jugeais bon chrétien.

Et un second signe : tu t’ouvres à une vie éternelle. Brusquement, tu connais une vie qui pourrait durer toujours. Parce que l’éternité commence tout de suite.

Le Christ dit : “Celui qui entend ma parole ne verra jamais la mort. Celui qui croit en moi, fut-il mort, vivra ” On ne naît qu’à la profondeur où l’on a su mourir.

Une seule expérience de résurrection et on ne craint plus la mort !  C’est le vide de la vie qui fait la peur de la mort ”.

Louis Evely (écrivain)

 

X