Beaucoup d’enfants étaient là avec leurs parents, et même une toute petite fille de quelques jours mais aussi les jeunes de l’aumônerie qui ont assuré les lectures et la prière universelle avec un sérieux dont on peut les féliciter.

Au pied de l’autel avait été placé un arbre mort : le figuier de l’Evangile.

Au début de son homélie, Edouard a invité l’assemblée à réfléchir à l’action qu’elle souhaite mener pour construire un «Monde Nouveau » puis à l’écrire sur une feuille de figuier.

Sur un fond musical, très doux, murmuré par Frédéric, chacun est venu coller sa feuille.

C’est un arbre « vivant » qui a surgi avec tous ces messages d’un peuple en marche sur les pas de Jésus Christ.

Béatrice.

X