L’exposition, qui a débuté début Septembre, va être prolongée jusqu’au 01 Novembre 2018. Réalisée sous l’impulsion du Père Dereck, curé de la Paroisse Saint-Ambroise à Paris, elle présente : la communauté Notre Dame de l’Atlas, la chronologie des événements et essaie de répondre à deux questions, pourquoi les moines sont-ils restés et comment, malgré le danger grandissant, ont-ils pu tenir bon pendant deux ans et demi après leur décision de rester en Algérie ?

Implantée en terre d’Islam, la communauté des sept moines trappistes du monastère Notre Dame de l’Atlas, dont la règle est : la vie commune, la prière et le travail, vivait avec harmonie avec la population algérienne qui voyait en eux des hommes de prière et de partage (les musulmans y attachent beaucoup d’importance). Elle les estimait pour leur simplicité et les services qu’ils rendaient.

Enlevés au cours de la nuit du 26 au 27 mars 1996, ils sont assassinés le 21 Mai 1996. Leur mort a suscité une vive émotion internationale. Le testament spirituel du Frère Christian de Chergé résonne aujourd’hui comme l’un des grands textes du 20eme siècle. L’Esprit de sainteté, qui a fait vivre cette communauté, continue d’inspirer les hommes et les femmes désirant vivre la fraternité

Puisque notre nouvelle année pastorale est placée sous le signe de la rencontre, cette exposition est l’une des étapes qui à travers spectacles, film, conférences, vie fraternelle, va nous aider, jeunes et adultes, à partir à la découverte de l’autre, de l’autre différent, du Tout Autre. Tout au long de l’année qui commence nous allons redécouvrir ce message d’amitié et de don de soi et apprendre à le vivre au sein de nos communautés et dans nos lieux de vie.

Je vous invite à méditer quelques phrases des moines de Tibhirine :

« Quand on se met loyalement à l’écoute d’un autre peuple en prière, on découvre que les attitudes et les mots les plus simples de l’expression spirituelle ignorent les frontières des religions. Cela va se traduire par un lien profond dans la prière avec les autres hommes et les autres croyants » (Frère Christian le 8-12-78). « Chrétiens et Musulmans, nous avons un besoin urgent d’entrer dans la miséricorde mutuelle… Cet exode vers l’autre ne saurait nous détourner de la Terre Promise, s’il est bien vrai que nos chemins convergent quand une même soif nous attire au même puits » (Frère Christian 1983).

« La peur, c’est le manque de foi ; la foi transforme l’angoisse en confiance. Alors, de quoi et de qui pourrions-nous avoir peur ?… Nous sommes comme l’oiseau sur la branche, prêts à s’envoler vers d’autres Cieux, des Cieux nouveaux et une Terre nouvelle… » (Frère Luc – 17/07/94).

« …Oui. Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et Paix sur terre aux hommes objets de sa bienveillance… Puisse être là « toute notre vocation »… Puisse l’Emmanuel nous donner Sa Paix, pour qu’à notre tour nous la donnions à toutes celles et à ceux qui viendront vers nous… et s’écrier intérieurement « quelle Paix ! » (Frère Michel le 28-12-1994, Voeux à l’Abbaye de Bellefontaine).

Je dédie la vidéo du chant L’étoile, la lune et le croissant que nous a interprété Marie-Louise Valentin samedi soir, aux jeunes croyants de notre immeuble: Axel et Alicia –  Elsa et Cloé – Rizlène, Bayeine et Jibril – Kacim, Emma, Mahieddine, Ismael et Ismahane – Nizar et sa sœur – Acim et Aram –  Clémence, Alexis et Angules – Stanislas. Que le Dieu de Toute Miséricorde les bénisse et les aide à grandir dans la paix et la tolérance.

le chant est interprété par Frida Boccara

Georgette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X