Un des principes de base de la Bible, c’est qu’elle est écrite pour nous. C’est également pour nous que cet évangile de la guérison du sourd-muet est écrit. Ce sourd muet, c’est nous-mêmes, et ce Jésus qui l’aide à guérir, ça peut être nous, à notre mesure.
Je vous propose de réfléchir sur les 5 gestes que fait Jésus. Ils nous permettent de mieux nous connaître, de connaître la guérison que nous pouvons recevoir de Dieu, de connaître ce que nous pouvons faire aussi pour aider les autres à avancer.

Le premier geste de Jésus est d’amener cet homme à l’écart.

Ce geste n’exprime pas un mépris du groupe. Jésus sait très bien tout ce que cet homme doit à la foule. La foule a vu sa détresse, et l’a amené à Jésus. C’est bien. Mais maintenant, pour le guérir, Jésus le prend à l’écart de la foule.
Ce geste a une portée essentielle d’un point de vue théologique et humain. C’est même le point essentiel de l’Évangile : Dieu se préoccupe de chacun individuellement, il nous distingue de la masse, il agit pour nous, il nous parle, il nous écoute, et même parfois Dieu change lui-même pour tenir compte de notre avis (cela n’est pas rare dans la Bible de le voir faire ça). Ce n’est pas seulement l’humanité qui a du prix aux yeux de Dieu, nous pourrions craindre alors de n’avoir pas beaucoup d’importance parmi les six milliards d’êtres humains et les quelques millions de milliards de planètes dispersées un peu partout dans l’univers… Mais c’est chacun de nous, individuellement, qui a du prix, en réalité, en Christ, Dieu nous sauve, en privé.
C’est cela d’abord qu’il est important d’avoir compris pour que nous ne soyons plus sourds et muets. Si l’on saisit bien à quel point chacun de nous est unique, cela peut nous aider à entendre le cri de la personne qui est à côté et qui a besoin de nous.

Le deuxième geste de Jésus est de « avancer ses doigts vers ses oreilles »

Dans la Bible, il y a un passage très connu, où le Seigneur utilise ses doigts, c’est quand Dieu écrit les tables de la loi avec son doigt avant de les donner à Moïse, ces tables qui contiennent les 10 paroles essentielles pour nous guider dans notre relation à Dieu et dans notre relation avec les autres humains.
Ce 2ème geste montre que Dieu imprime en nous ses paroles de vie, qu’il les met au creux de nos oreilles, qu’il nous les donne pour illuminer nos vies et nos actes.
Ces 2 premiers gestes de Jésus nous ouvrent les oreilles sur Dieu et sur le monde. Les 2 gestes suivants cherchent à nous aider à avoir notre mot à dire devant Dieu et devant les autres.

Le troisième geste de Jésus est de « cracher et toucher sa langue avec sa salive »

Quand notre langue est sèche, Jésus nous donne sa propre salive. Cela peut sembler dégoûtant, mais cela veut dire que quand notre prière est sèche, nous pouvons commencer par mettre dans notre bouche les paroles du Christ ou celles de la Bible. Nous pouvons mettre par exemple sur nos lèvres le « Notre Père » donné par Jésus. Pour remercier Dieu nous pouvons mettre sur nos lèvres les Psaumes 8 ou 117, pour dire à Dieu notre espérance en Dieu nous pouvons dire les Psaumes 23 ou 121, nous pouvons dire les Psaumes 51 ou 130 pour nous aider à reconnaître nos fautes devant lui… Nous pouvons déjà commencer comme cela en attendant d’arriver à avoir nos propres paroles de louange, d’espérance ou de repentance devant Dieu.
Et puisque Jésus met dans la bouche de cet homme sa propre salive, puisqu’il lui propose ainsi par ce signe de le suivre dans la prière, Jésus se met alors à prier :

Le quatrième geste de Jésus est de « regarder en haut vers le ciel et soupirer »

Nous n’avons pas besoin d’attendre de savoir quoi dire pour prier. Lever les yeux vers le ciel, c’est l’essence même de la prière. Lever les yeux vers le ciel et soupirer, c’est dire à Dieu, comme Jésus sur la croix « Père je remets mon souffle, ma vie, entre tes mains ! ». Cette prière muette de Jésus est une prière qui reconnaît que Dieu est au-dessus de nous et qu’on lui fait confiance pour qu’il nous fasse vivre vraiment, vivre malgré tout ce qui pourrait nous arriver. Ce soupir, c’est la prière du Christ souffrant à nos côtés quand nous souffrons. Cette prière du regard et du souffle que Jésus nous propose vaut mieux qu’une prière qui dit ou qui demande mille choses à Dieu.

Jésus nous donne alors un dernier geste. Le cinquième geste de Jésus est de lui dire : « Ephphatha, c’est-à-dire ‘Ouvre-toi’ »

Jésus lui conseille de s’ouvrir. Il ne lui dit pas de s’ouvrir à Dieu, mais de s’ouvrir (tout court), et donc de s’ouvrir à Dieu et de s’ouvrir aux autres, de s’ouvrir à l’avenir et au changement. Cette attitude d’ouverture est à la base de notre capacité à vivre, à aimer, à avancer et à faire avancer.
Pour recevoir les merveilles que Dieu a en réserve pour nous, il faut avoir l’esprit et le cœur ouverts. Dieu est un inventeur absolument incroyable, avec lui, il faut s’attendre à tout. C’est une des raisons qui fait qu’il vaut mieux ne pas trop lui dire ce qu’on aimerait qu’il nous fasse pour nous, il est préférable de s’ouvrir à lui et de lui faire confiance pour qu’il fasse au mieux. Être ouvert à tout car de sa part il ne peut venir que de bonnes surprises, et s’il y en a un qui est ouvert aux autres, et donc à nous, c’est bien lui : Dieu.
À son image, Dieu nous propose de nous ouvrir aux autres. Dieu crée en nous, si nous le voulons bien, une capacité à nous ouvrir aux autres. Bien sûr, il ne faut pas nous ouvrir n’importe comment et accepter n’importe quoi.
On peut s’ouvrir aux autres, à leur souffrance et à leurs problèmes, à leurs qualités et à leurs points de vue, leurs projets pour les entendre. Bien sûr, nous ne sommes pas Dieu et nous ne pouvons pas personnellement nous ouvrir à toutes les misères du monde entier, mais il faut bien que chaque personne ait au moins une autre personne qui s’ouvre à elle pour la reconnaître, et certainement Dieu compte sur chacun de nous pour nous ouvrir un petit peu à telle ou telle personne.
C’était donc cela, le problème de cet homme sourd-muet, il était handicapé d’être trop fermé. Pas facile de progresser sur ce plan sans l’aide de Dieu. Il y a mille raisons d’être trop fermés. Parfois c’est parce que nous n’avons pas encore assez grandi, que nous avons été blessés, que nous avons honte, ou que nous sommes trop sensible. Et puis parfois c’est parce que nous ne voulons ni dieux ni maîtres.
Jésus s’adresse à cet homme fermé avec 4 signes et 1 mot, ce qui fait en réalité 5 paroles au total pour qu’il ait la force de s’ouvrir, d’ouvrir ses oreilles et sa bouche, d’ouvrir son cœur et sa vie, pour qu’il puisse avoir envie de s’ouvrir et un peu moins peur. Il lui donne 5 paroles pour lui apprendre qu’il est aimé et qu’il peut aimer.
5 gestes, cela nous rappelle les 5 livres du Pentateuque, la Bible sainte des Juifs, Jésus à travers ces 5 gestes écrit pour cet homme, et pour nous, une Bible tout entière, une Bible toute neuve rien que pour lui, pour sa libération, et la nôtre.

X