Se reposer …se poser à nouveau devant soi mais autrement.

Se retrouver soi-même, avec ses regrets à consoler, ses blessures à panser, des besoins à orienter, des souvenirs à méditer, des appels à écouter … Et s’accueillir soi-même, avec patience, miséricorde et confiance … Se reposer … se poser à nouveau devant la nature, avec un regard neuf.

La nature est le premier livre que Dieu nous écrit. Elle porte tant de signes et de paraboles : la source toujours fidèle, l’eau qui chante dans les imprévues des cascades et des ravins, l’arbre debout dans la tempête grâce aux racines qui s’embrassent solidement dans le sol.

Se reposer …se poser à nouveau devant les autres, avec des yeux renouvelés…

La vie nous met en file les uns derrière les autres. La télévision nous met côte à côte. Se retrouver face à face, dans un dialogue tout neuf, avec un regard vrai, pour une proximité vécue même dans le silence. « Heureux ceux qui s’aiment assez pour savoir se taire ensemble » (Péguy).

Se reposer … se poser à nouveau devant Dieu, avec un cœur d’enfant.

Il est source de vie et d’amour dans la conscience de chacun. Il murmure, comme au temps d’Isaïe «  Je t’ai appelé par ton nom, tu comptes beaucoup à mes yeux, tu es précieux pour moi car je t’aime » (Chapitre 43).

Il est aussi «  le Dieu des grands espaces et des larges horizons ». Le Dieu de l’Histoire en perpétuel enfantement.

La contemplation n’est-elle pas le sommet de l’activité humaine ? Par elle, nous sommes vraiment reliées à la Source. Elle nous aide à repartir, ressourcés, en artisans de l’avenir dans ce monde en chantier.

Père Marcel Perrier (Berger, acteur de théâtre, musicien, poète, prêtre puis évêque)

 

 

 

 

 

 

 

 

X