Le trait d’union — Bulletin des paroisses St-Joseph – St Gratien – St Paul – St Ferdinand du 20/05/18 – 18-18e

Publié le

Télécharger le bulletin des paroisses

Chartres – Ascension 2018

Quelle belle journée à Chartres sur les pas de Charles Péguy,
ce jour de l’Ascension ! Le voyage, non pas à pieds comme
le fit Charles Péguy en 1912, vœu qu’il fit au chevet de son
fils malade et pour y déposer ses tourments, mais en car.
Tout au long du parcours et dans les différents lieux de
rencontres, la prière, le partage, la réflexion ont nourri
les paroissiens du groupement réunis pour ce pèlerinage.
A la cathédrale Notre Dame, quelques cinq cents personnes de tous horizons,
pèlerins et paroissiens, étaient réunis, autour du nouvel Evêque de Chartres,
Monseigneur Philippe Christory, pour célébrer la messe de l’Ascension.
Cette Cathédrale, chère à Péguy, à qui il dédiera plusieurs prières à Marie,
nous a rappelé, à travers la lecture des magnifiques vitraux, la foi du message
de l’Ancien Testament et sa continuité dans le Nouveau Testament.
Par le dédale des petites rues de Chartres, nous avons rejoint le couvent des
Sœurs de St Paul pour partager un repas convivial suivi d’un temps
d’échange autour d’extraits de textes de Charles Péguy sur la famille.
Péguy, un philosophe, un homme engagé, un homme d’espérance , un homme
de l’incarnation. Il meurt au front en décembre 1914.
Séminaire des Barbelés et Frantz Stock, autres noms liés à Chartres.
« Ce n’est pas un nom, c’est un programme » dira de Frantz Stock, Mgr
Roncalli (futur Pape Jean XXIII) en 1948. Ce jeune prêtre allemand,
Secrétariat St Joseph 26 rue de Malleville 95880 Enghien les Bains  01 34 12 37 36
courriel : paroisse.enghien@wanadoo.fr
Secrétariat St Gratien- St Paul -St Ferdinand 24 rue Sœur Angèle 95210 St Gratien  01 39 89 20 11
courriel : paroisse.st.gratien@gmail.comaumônier des prisons parisiennes pendant l’occupation a adouci des
souffrances indicibles, préparé à la mort plus de mille condamnés. Il les
a accompagnés jusqu’au lieu de leur exécution. En 1945, alors que sa santé
était sévèrement ébranlée, il accepte, se constituant lui–même prisonnier,
de diriger le séminaire des Barbelés. Séminaire d’un genre particulier qui
accueillait des prêtres et des séminaristes, prisonniers allemands, pour
les préparer à leur futures tâches dans une nouvelle Europe. Il meurt
d’épuisement à l’âge de 44 ans. Sa canonisation est en cours depuis 2013.
Au retour, les chants résonnaient tant la joie était grande. « Merci
pour ce que j’ai appris aujourd’hui. A renouveler ! » dira une paroissienne
à laquelle nous pouvons tous nous associer, tant cette journée restera gravée
dans notre foi. Un grand merci aux organisateurs.

Béatrice DELOUHANS

Plus de lecture...