VEILLER

Les rues s’illuminent, le regard des enfants aussi devant l’avalanche des jouets sur les étals des magasins, les adultes courent pour trouver ce qui leur fera plaisir, un peu moins qu’avant peut-être !Internet est là.

Mais en réalité quelles sont nos priorités dans l’attente de ta venue Seigneur? Toi tu le sais, alors donne-nous comme à Saints Zélie et Louis Martin la grâce de pouvoir dire dans notre couple et nos familles « Dieu, premier servi ». Qui sait, 25 jours avant Noël ce peut être un bon début non pour finir l’année mais pour entamer la suivante.

Et si durant ce temps de l’Avent nous étions plus que jamais des veilleurs dans le vrai sens du terme.

Debouts, tout d’abord, sans bruit, sans paroles, sans mouvement, présents mais visibles.

Attentifs et vigilants à ta présence dans les plus petits que nous rencontrons comme une maman veille son enfant la nuit quand il est malade, écoutant son souffle, fatiguée mais heureuse d’apporter un peu de réconfort aux plaintes de la nuit.

A l’écoute des personnes âgées qui ne demandent qu’un sourire, une parole, un bonjour. C’est si peu et pourtant parfois nous sommes si pressés, nous baissons la tête.

Réconfortants pour le pauvre couché sur le sol, un geste plus qu’une pièce lui apporteront un peu de chaleur et d’humanité.

Contemplatifs devant la beauté d’un coucher de soleil sur le lac, mais oui même en hiver il y en a de très beaux, attendris par la dernière rose qui se fige avec le givre et rêver déjà à celles que le printemps offrira. Nul besoin de partir à la montagne. Tes œuvres de la création sont si nombreuses qu’on les oublie un peu dans nos cités.

Priants, avec nos lumignons le 8 décembre sur le rebord de nos fenêtres, notre couronne de l’Avent suspendue à notre porte, notre humble crèche dressée dans l’intimité de nos maisons.

Evangélisateurs en osant sortir de sa boîte enrubannée notre médaille de baptême et en la portant sur notre cœur.

Nous serons des veilleurs si nous savons voir en ce temps les signes imprévisibles de ta tendresse Seigneur dans la trame du quotidien.

Ne nous hâtons pas, la venue et le passage de Jésus notre Sauveur, notre prince de la paix risque de passer sinon inaperçue et d’être noyée dans notre société consumériste.

Demandons à La Vierge Marie de nous aider à vivre en Jésus tous nos actes du quotidien comme elle-même l’a accueilli en son sein.

Je vous propose aussi de planter quelques grains de blé dans trois petites coupes à la Sainte Barbe le 4 décembre, signe de la Trinité à disposer près de la crèche. Ils formeront de belles pousses pour Noël, vous l’entourerez d’un beau ruban rouge. Il sera le signe de votre conversion fructueuse de ce temps de l’Avent. Je ne connaissais pas cette tradition provençale. C’est ma fille Cécile qui m’a envoyé hier par la poste un petit sachet de blé pour que je le fasse croître. C’est si beau quand les enfants veillent sur leurs parents.

Très bon temps de l’Avent à tous.

Véronique Férien

 

 

 

X