Homélie du dimanche 26 novembre 2017 fête du Christ Roi

Publié le

Au début de cette homélie, j’aimerais donner la parole à trois personnes, la première à un adulte qui a reçu le baptême cette année dans la nuit de Pâques, la deuxième à un enfant du catéchisme qui a aussi reçu le baptême cette année, et la troisième à un adulte qui chaque mois se réunit avec d’autres chrétiens de son quartier pour lire l’évangile et partager sur ce que ces paroles nous disent encore aujourd’hui.

Témoignage de ces trois personnes autour des questions suivantes :

  • Quelle parole de l’évangile vous a marqué ? Qu’est-ce que cela a suscité en vous ?
  • Est-ce qu’il y a des paroles qui vous heurtent ?
  • Est-ce que le partage de la parole a changé votre regard sur le monde ? Comment ?

Dans le livre d’Isaïe, un très beau texte compare la Parole de Dieu a la pluie qui tombe du ciel. Comme la pluie arrose la terre et permet à la graine de germer, de pousser et de porter du fruit, de la même façon la Parole de Dieu arrose nos cœurs, pour lui permettre de porter des fruits de consolation, de paix, de confiance, de bienveillance, de force, de courage.

Cette parole, elle vient éclairer chacune de nos journées, les belles comme les plus difficiles. Je pense à une parole de Marc 1, 11 : « Tu es mon fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie ». Entendre cette parole, c’est découvrir une présence qui nous aime, sur laquelle on peut construire toute sa vie, sans rien craindre, ni les bourrasques, ni les tempêtes, ni les crises. « Je suis son fils bien-aimé, il me couvre de son amour ».

Cette parole peut nous aider à prier en toutes circonstances : « si tu le veux, tu peux me purifier » (Mc 1, 40), « Jésus, Fils de David, prends pitié de moi ! » (Mc 10, 47), « mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Mc 15, 34). Elle nous donne les mots pour appeler au secours, demander ou même dire notre colère. Elle fait de toute notre vie une prière.

Cette parole, elle nous parle aujourd’hui. Elle illumine les choix que nous faisons, elle donne un sens à nos vies. Personnellement, une parole m’a beaucoup aidé à suivre Jésus et à devenir prêtre. C’est une parole de l’évangile de saint Jean : « il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » (Jn 15). Elle m’a aidé à donner toute ma vie pour le Seigneur et les personnes vers lesquelles il m’enverrait.

Voyez ce livret de Saint Marc, il est petit, il va bien dans une poche de son manteau, dans son sac, dans son cartable. On peut ainsi le sortir dès qu’on a un petit moment de libre, et lire une page ou quelques versets (chez le médecin dans la salle d’attente, dans le train, …). Et il peut nous aider à voir autrement le monde qui nous entoure et notre propre vie. Il peut révolutionner le monde. Imaginez ce qui se passerait si nous traitions ce petit livret de la même manière que nous traitons notre téléphone portable ? Si nous y jetions un coup d’œil plusieurs fois par jour ? Si nous retournions la chercher quand nous l’avons oubliée à la maison ou au bureau ? Si nous l’utilisons pour envoyer des messages à nos amis ? Si nous y mettions la main en cas d’urgence ?

Une parole peut changer notre vie. Pensez par exemple à Mère Teresa qui en lisant la parole de notre évangile aujourd’hui, « ce que vous avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25), s’est ensuite dépensée toute sa vie au service des plus petits. Ne passons pas à côté de ce cadeau de cette parole. Lisons cette parole, comme la fiancée lit la lettre de son bien-aimé. Partageons-la avec d’autres en équipe pour mieux la comprendre, mieux la goûter, mieux la savourer.

Remise des livrets à Enghien le 26 novembre à la messe de 10h30

 

Plus de lecture...