Homélie du 27ème dimanche ordinaire à St Gratien le samedi 7/10/17 à 18h

Publié le

La Vigne. D’ici, on ne se rend pas compte de ce que peut-être la vigne (à part le petit vin de quelques coteaux d’Argenteuil) Mais en pays de vignobles, la vigne, c’est tout.

Eh bien, c’est avec cette idée-là, qu’il nous faut lire les textes d’aujourd’hui.

Isaïe nous parle de la vigne qui porte du mauvais fruit. Jésus nous par des vignerons qui ne veulent pas livrer au propriétaire ce qui lui appartient. Pour Isaïe la vigne sera ravagée. Pour Jésus, la vigne passera à d’autres.

Vous avez compris que

La vigne, c’est le peuple de Dieu.

Les vignerons, c’est d’abord ce peuple juif à qui ont été confiés les trésors de la tendresse de Dieu pour lui, Il s’est révélé très proche, aimant, amoureux de ces gens.

Les serviteurs qui sont envoyés, ce sont les prophètes que Dieu leur a  envoyé pour les interpeler.

Le fils enfin, Jésus a bien conscience que c’est lui-même. Et il prévoit et prédit le sort qu’on lui réserve. Alors la vigne passera à d’autres.

C’est le rejet de la part d’Israël et l’appel des païens pour faire partie du nouveau peuple de Dieu. La communauté nouvelle qui s’inaugure avec l’Eglise va prendre la suite, continuer l’histoire d’amour de Dieu avec les hommes. Ainsi c’est toute l’histoire Sainte qui se trouve résumée dans cette parabole.

Nous avons reçu la charge de faire fructifier la vigne. Nous sommes des gérants et nous aurons à rendre des comptes. Nous ne sommes pas des consommateurs, mais des ouvriers qui avons à travailler à la vigne.

Alors comment ?

– Face aux personnes que nous côtoyons, indifférents à la foi chrétienne, comment témoigner de ce qui nous fait vivre ?

– Face aux jeunes générations. Qui va leur proposer la foi ?

– Face aux jeunes qui se lancent dans des études ou au travail, les jeunes chrétiens vont-ils rester dans leurs pantoufles ?

– Face à notre monde qui se pose des questions sur la santé, notre maison commune la terre, les techniques qui touchent à la transmission de la vie qu’on voudrait lier à l’amour humain, le respect de la vie à son début et à son terme, allez-vous vous dispenser de réfléchir de vous informer et d’agir ?

– Face  à ces jeunes en situation de précarité dans leur emploi, à ceux qui ont des situations de familles difficiles, êtes-vous de ceux qui simplement les déplorent ? Etc.…

Il nous sera demandé de faire porter du fruit à la vigne.

Je sais que des catholiques sont présents dans des associations, des mouvements d’entraide, dans une action au secours de la misère, dans la marche de la société. Dans l’Eglise ils soutiennent  les missions, l’œuvre d’Orient, le Secours Catholique le CCFD, ils œuvrent généreusement  dans la catéchèse, l’aumônerie, l’animation, un service auprès des malades ou la paroisse.

Mais c’est à tous qu’il sera demandé de travaillé à la vigne, de lui faire porter du fruit. « Le Royaume de Dieu dit Jésus, sera donné à un peuple qui lui fera porter du fruit. » Il faut donc que chacun s’y mette et avec beaucoup de générosité.

Père Claude Porcheron

Plus de lecture...