L’art, témoin de la Foi

Publié le

Dans la 1ere lecture de ce dimanche, le prophète Jérémie proclame : « … A longueur de journée, la parole du Seigneur attire sur moi l’insulte et la moquerie » et il conclut par cette phrase : « Je m’épuisais à la maîtriser, sans y réussir. » (Jr 20, 7-9). Qui de nous n’a pas eu, un jour, à souffrir des attaques et moqueries dont l’Eglise est si souvent la cible ? Qui n’a pas eu à se justifier de sa foi ? Comment y répondre et ne pas désespérer ?

L’art, comme l’a affirmé le Pape Benoît XVI dans son audience du 31-08-2011 est un chemin vers Dieu. Il souligne: « Il y a des œuvres artistiques qui sont de vraies voies de Dieu…qui nous aide à grandir dans la relation avec Lui dans la prière. Ce sont des œuvres qui naissent de la foi et expriment la foi ». Qui n’a jamais ressenti une vive émotion devant une œuvre dont le créateur nous invite à découvrir ce qu’il ressent de la grandeur de Dieu et nous dit quelque chose du monde qui nous entoure ? Au cours du mois d’Août, en visitant les églises de la région de la Flandre Occidentale Belge et celles de Normandie, j’ai constaté à quel point elles avaient été la cible des histoires tumultueuses de ces deux régions (pillage, incendie, fermeture suite aux réformes …). Aujourd’hui, elles sont reconstruites et plus que jamais demeurent vivantes !

La dernière, que j’ai eu le bonheur d’admirer, est celle de Notre Dame de l’Assomption à Neufchâtel en Bray (Seine-Maritime). La 1ere construction de cet édifice se situe entre 1128 et 1130. Il fut incendié en 1472. Les cultes Huguenots puis Calvinistes, y furent célébrés de 1562 à 1591. Après les méfaits de la révolution Française, il connut quelques années de répit. Les 7 et 8 Juin 1940, des bombes incendiaires de l’aviation Allemande éventrent le transept, défoncent la voûte et enflamment la toiture. L’édifice n’est plus qu’un gigantesque brasier. Le clocher s’effondre entraînant les cloches qui se brisent ainsi que la plupart des vitraux. C’est une vision dantesque.

Au lendemain de la guerre, les Monuments Historiques entreprennent des travaux qui vont durer plus de 50 ans. Les morceaux de vitraux récupérés dans les décombres permettent la restauration des verrières du 19eme siècle signées Edouard Didron. En 1943, une nouvelle cloche est coulée avec les débris des trois cloches sinistrées.

Aujourd’hui l’autel, datant des années 1980, signé Roger Tolmer, est une représentation du buisson ardent. Il se marie admirablement avec les vitraux. D’autres magnifiques pièces, du 15eme siècle, contribuent à la beauté du lieu. L’ensemble harmonieux invite à la méditation, à la prière. L’Art Chrétien est un art lié au vécu de la foi. Il devient en lui-même la parole de Dieu qui s’adresse à tous pour élever les âmes. Plus qu’un témoignage, il représente (« rend présent ») son message de Vie.

Georgette

Le choeur

St Sépulcre en pierre polychrome du 15ème siècle

La chapelle de la vierge

Vierge en bois polychrome doré du 15ème siècle

Vitrail

Autel de Roger Tolmer

Baptistère

Détail d’un pilier extérieur

 

Plus de lecture...