Homélie du 6ème dimanche de Pâques à Enghien

Publié le

« Si vous m’aimez », ce sont les premières paroles de Jésus dans notre évangile, qui nous permet d’écouter le dernier discours de Jésus à ses disciples, son testament ! « Si vous m’aimez », Tout est là… Tout est une question d’amour ! Combien notre vie serait plus simple, combien nos actions seraient plus faciles, combien nos paroles seraient plus vraies, si nous « aimions », si l’amour était le fil conducteur de notre vie … Une fois qu’ils sont portés par l’amour, nos actes sont facilités ! Une fois que nous vivons les commandements dans l’amour, ils ne sont plus un carcan qui tombe d’en haut, ils deviennent une réponse libre et amoureuse à l’Amour de Dieu qui est premier ! « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements ».

Nous n’avons d’ailleurs pas d’autre raison à notre vie que d’aimer et d’être aimé … Le bonheur est là ! D’où la dernière phrase de Jésus : « celui qui m’aime sera aimé de mon Père et moi aussi je l’aimerai ». Recevoir l’amour, le donner ; et, pour un chrétien, être intégré dans la Vie même de Dieu, au sein de la Vie d’Amour trinitaire.

A quinze jours de la Pentecôte, nous savons que l’Esprit-Saint est précisément l’Amour qui unit le Père et le Fils, leur nœud d’amour, leur baiser d’amour ; il est notre commun amour !

Jésus nous annonce d’ailleurs cet Esprit : « Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : c’est l’Esprit de vérité ».

« Un autre Défenseur », ou encore « un autre avocat » : c’est le premier sens du mot « Paraclet », employé pour désigner cet Esprit annoncé par le Christ. N’est-ce pas étonnant ? Dans l’Ecriture elle-même il y a d’autres manières de désigner l’Esprit Saint, et la liturgie de l’Eglise s’en souviendra dans son chant Veni creator Spiritus, « Viens, Esprit Créateur », où l’Esprit sera célébré comme le don, la lumière, la force, la source de la paix et d’autres manières encore… Au lieu de cela, la première annonce de l’Esprit dans ce discours après la Cène est l’annonce de l’Esprit comme « Défenseur » ou « Avocat », comme si les bénéficiaires de cet Esprit devaient être en situation d’accusés.

C’est que, précisément, la première génération chrétienne a très tôt fait l’expérience de ce que son témoignage n’était pas toujours reçu et, parfois même, se heurtait à la contradiction. Comme nous le rappelle le passage de la première lettre de Pierre : « vous devez toujours être prêts à vous expliquer devant tous ceux qui vous demandent de rendre compte de l’espérance qui est en vous », avec douceur et respect. Et ce que Jésus annonce, c’est que l’Esprit sera précisément donné à ces chrétiens comme leur « Défenseur », comme Celui qui leur donnera à tout moment de pouvoir tenir bon, même dans les difficultés.

C’est l’expérience même de Jésus, que le monde a méprisé. L’Amour n’a pas été reçu. L’Amour n’est pas aimé. Il est venu donner la Vie, la vie en abondance, et les hommes ont préféré sauver leur vie, leur tranquillité ou leur pouvoir, au point de crucifier Jésus. Pierre a sauvé sa vie, en reniant Jésus : « je ne connais pas cet homme ». Les disciples de Jésus ont sauvé leur tranquillité et leur vie, en criant avec la foule « à mort crucifie-le » au lieu de se démarquer de la foule. Pilate, les chefs des prêtres ont préféré leur pouvoir, leur projet, leur équilibre des choses, en décidant la mort de Jésus : « mieux vaut la mort d’un seul que de changer nos manières de faire ». C’est impressionnant de voir comment le monde est englué dans le mensonge. On préfère mentir que de reconnaître la vérité, même si cela coûte la vie à quelqu’un.

C’est l’occasion pour nous de nous regarder en vérité. Est-ce que nous ne pactisons pas avec le mensonge dans nos décisions et les choix de vie que nous posons et défendons. Est-ce que par tranquillité et pour sauver notre vie, nos projets, nos équilibres de toujours, nous ne reprenons pas sans réfléchir les slogans des uns et des autres, les mots d’ordre de la foule, des médias ou de l’air du temps ? C’est si facile… Est-ce que nous ne sommes pas invités aujourd’hui à prendre du recul et à regarder les choses, les personnes et les situations avec vérité ? Est-ce que nous ne sommes pas aujourd’hui invités à accueillir la Vérité, son Esprit de Vérité ? Oh bien sûr cela ne sera pas facile, nous risquons d’être critiqué et méprisé comme Jésus autrefois, car nous ne hurlons pas avec les loups.

Cet Esprit de Vérité, ce « Défenseur » a quelque chose d’unique : il ne se tiendra pas comme un homme à côté d’un autre homme (comme lorsqu’on voit un avocat défendre un accusé) ; Jésus dit plutôt à ses disciples : cet Esprit de vérité « demeure auprès de vous » et il « est en vous ». Il s’agira donc d’une présence intime, dans le cœur même des disciples ; bien plus, Jésus ajoute : « En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous ». Ce n’est donc pas simplement l’Esprit qui sera répandu dans le cœur des disciples, ou plutôt, dès lors qu’il le sera, les disciples seront en Jésus et Jésus sera en eux ; et comme Jésus est lui-même en son Père, les disciples seront introduits par l’Esprit dans la relation même qui unit Jésus à son Père, dans leur communion, dans leur amour. Par cet Esprit, nous serons en Dieu.

« Je prierai le Père, il vous donnera l’Esprit ». L’Esprit, cet autre défenseur, qui nous permettra de tenir bon dans notre vie pas toujours facile ; l’Esprit, l’Esprit de vérité, qui nous aidera à faire la vérité dans nos vies et à regarder ce monde en vérité ; l’Esprit de Dieu, qui nous introduira dans la communion avec Dieu, qui fera de nous des êtres « enthousiasmés » au sens premier du terme, et je l’espère enthousiasmants. C’est l’occasion dans cette préparation de la Pentecôte de demander cet esprit de Vérité. C’est peut-être aussi l’occasion si nous n’avons jamais reçu ce sacrement de la confirmation de le demander cette année pour recevoir cet Esprit de Vérité, ce Défenseur qui nous aide à tenir bon dans les épreuves, cet Esprit de communion divine, des mains mêmes de l’évêque au cours de la Pentecôte 2018 où notre évêque nous donne rendez-vous.

Qu’il nous aide à regarder les autres avec le regard vrai de Jésus, que sa Vérité illumine nos choix et nos efforts pour construire ce royaume de Dieu, cette civilisation de l’amour dont parlait le pape Jean-Paul II ! Viens Esprit créateur ! Viens Esprit recréateur ! Viens embellir nos vies !

Père Alexandre de Bucy

 

Plus de lecture...