Homélie du 4ème dimanche de Pâques à Enghien le 6/05 et St Gratien 7/05 à 11h

Publié le

Intro

« Les vocations, c’est comme les autoroutes : on est content que ça existe, mais on préfère quand ça passe chez le voisin… » !

Dimanche des vocations sacerdotales et religieuses.

Cf. les peurs, même chez les familles très croyantes (« on enlève un enfant » ; « il ne sera pas heureux » ; « pas de descendance »…) + peurs chez ceux qui se sentent appelés (j’y reviendrai…)

  • Evangile du Bon Pasteur // dire quelque chose sur l’appel aux vocations spécifiques (+ je donnerai un témoignage sur la manière dont je le vis personnellement)

Cf. 4 actions du Pasteur (le Christ) : il entre par la porte ; il appelle ses brebis par leur nom propre ; il les fait sortir / il les pousse dehors ; il marche à leur tête.

 

Le Bon Pasteur entre par la porte

Jésus ne force jamais le passage. Répondre à la vocation et suivre le Christ sera toujours un acte libre !

// ordination EG : le sentiment que personne ne pouvait répondre à ma place ; que je pouvais ne pas devenir prêtre. J’étais profondément libre. Le Christ nous respecte toujours, profondément. Il ne cherche pas à nous envahir, à nous faire faire des choix contre-nature…

Le Bon Pasteur appelle ses brebis chacune par son nom

Mystère du choix de Dieu. Pourquoi certains sont appelés et pas d’autres ? … mystère des vocations particulières… mystère de l’élection, du choix de Dieu… Tous sont appelés à la sainteté (= vocation commune), mais certains sont appelés à un service spécifique pour la construction du Corps du Christ, appelés à une consécration particulière de leur vie entière à Dieu et à l’humanité.

// EG : cette question de « l’appel » m’a longtemps habité. Elle me stressait… Comment le Christ nous appelle « par notre nom » ? = chacun reçoit un appel propre et doit discerner, au long des années, que c’est bien la voix du Christ qui appelle… Un long cheminement ! Il parle de manière particulière à chacun, parce que chaque appel est unique ! Pour moi : le désir profond, discerné dans le temps, avec l’aide de personnes de confiance.

Le Bon Pasteur fait sortir les brebis / il les pousse dehors

Quand on dit oui au Christ, on sait à qui on dit oui, mais on ne sait pas encore à quoi… Ce n’est pas qqc de programmé, de prévisible… Mais en général, il y aura toujours un moment où le Christ nous poussera « dehors » : hors de nos peurs, notamment ; hors de ce que nous avions imaginé, planifié, etc.

// EG : de grandes peurs, avant d’entrer au Séminaire (« les prêtres sont des gens bizarres, étranges » !) + peurs pendant le Séminaire (« je n’y arriverai jamais, je n’en serai pas capable ») + tous les renoncements que cela occasionne (= aimer une femme, avoir des enfants, renoncer à une carrière professionnelle, etc.) J’ai senti que, parfois, le Bon Pasteur me « poussait » hors de ces peurs, de ces hésitations… Il me poussait à le suivre au grand air, malgré mes peurs… Il me permettrait de réaliser ce que je n’aurais pas imaginé…

Le Bon Pasteur marche à la tête des brebis

Vocation spécifique = un luxe ! (« suivre Jésus de plus près » !) Suivre Jésus chaque jour. Nous ne sommes pas seuls, il est là. Et si nous sommes parfois appelés « pères » ou « pasteurs », c’est parce que nous-mêmes nous lui sommes unis, à lui, l’unique Pasteur !

// EG : depuis bientôt 6 ans, je n’ai jamais regretté un seul instant ce choix ! Parfois fatigant et compliqué, certes, mais pas un instant je ne regrette. Une vraie joie. Un sens à l’existence (= un luxe, quand tant de personnes subissent l’existence au lieu de la vivre pleinement !)

Le sacerdoce (toute vocation spécifique), c’est un choix d’amour : on ne renonce pas à aimer, au contraire, mais on aime autrement !

Etre appelé au sacerdoce, c’est un cadeau, je le crois profondément !

  • Pour conclure : il faut bien parler du sacerdoce ! (pas seulement prier pour les vocations !)
  • Mission des familles = parler positivement de cette réalité du sacerdoce, qui est indispensable à l’Eglise (au-delà de ce que l’on pense de tel ou tel prêtre !)

Père Edouard George

Plus de lecture...