Du Seder de Pessa’h à l’Eucharistie

Publié le

Cette année, la fête de Pessa’h se célèbre du mardi 11 au mardi 18 avril, en même temps que notre Semaine Sainte. Elle commémore la sortie d’Egypte du peuple Hébreu ; passage de l’esclavage à la liberté et naissance d’Israël en tant que peuple. Le livre de l’exode en parle : « … Le septième jour, tu célébreras la fête en l’honneur du Seigneur… Sur ton territoire tout entier, on ne trouvera pas de pain levé, on ne trouvera même pas de levain. Ce jour-là, tu donneras à ton fils cette explication « C’est en raison de ce que le Seigneur a fait pour moi lors de ma sortie d’Egypte. Ce rite sera pour toi comme un signe sur ta main, comme un mémorial entre tes yeux… » (Exode 13, 6-9).

C’est une occasion de découvrir le beau rituel du Séder (qui signifie ordre). Surtout destiné aux enfants, il fait revivre la libération du peuple Juif. Sur un plateau sont déposés sept éléments symboliques. Ils sont utilisés pour rappeler le récit de l’exode. Les trois principaux composants en sont : trois Matzoth (pain sans levain) dont un est rompu en deux pour symboliser la séparation de la mer rouge, les herbes amères (salades amères + laitue)  rappelant le sort des hébreux tenus en esclavage (la présence de la laitue évoque Dieu qui a eu pitié de son peuple), le Harosseth (sorte de compote de couleur rouge), rappelant les briques d’argile que devaient fabriquer les juifs esclaves en Egypte. Un dîner composé principalement de viande d’agneau est également servi. Quatre coupes de vin sont bues pendant ce rituel. C’est au cours de ce repas, partagé avec ses disciples, que Jésus institua l’Eucharistie qui signifie « rendre grâce, remercier ». Cette année, le récit en est fait par Saint Paul dans sa première lettre aux Corinthiens (1 Co 11, 23-26).

Devant la mauvaise conduite de certains membres de cette même communauté, Saint Paul écrit « Purifiez-vous donc des vieux ferments, et vous serez une pâte nouvelle, vous qui êtes le pain de la Pâque…ainsi, célébrons la Fête, non pas avec de vieux ferments…mais avec du pain non fermenté, celui de la droiture et de la vérité » (1 Co 5, 7-8).

Une occasion de nous interroger sur la manière dont nous pouvons grandir dans la foi.

https://www.youtube.com/watch?v=fuapF-ZHzj4

Plus de lecture...