Psaume 102 (103)

Publié le

Le psaume 102 (103) de ce 7ème dimanche du temps ordinaire, nous propose  8 versets sur les 22 qu’il comporte.

Véritable chant de reconnaissance, c’est une action de grâce  pour toutes les bénédictions dont le peuple d’Israël a été comblé grâce à l’Alliance conclue avec Dieu.

« Bénis le Seigneur, ô mon âme, Bénis son Nom très saint, tout mon être ». Dans ce premier verset, le mot âme n’est pas à séparer du corps. Même si, à la suite des penseurs grecs, l’homme est représenté avec un corps et une âme bien distincts, ici, il s’agit de l’être humain dans son intégralité car, dans l’Ancien Testament, quand on parle de l’âme, il s’agit de l’être humain tout entier.

« La tendresse du Seigneur pour qui le craint ! » nous dit la dernière strophe. Le verbe « craindre » nous renvoie souvent à la notion de peur. Si je commets une faute, Dieu va me punir. Or, ce dont il s’agit en réalité, ce n’est pas l’angoisse d’être sanctionné mais le profond désir de respecter Dieu. C’est aussi comprendre que, toute notre vie, nous aurons besoin de nous convertir pour être toujours plus proche de Dieu et lui être fidèle. Cette « crainte » est donc faite à la fois de reconnaissance et du souci d’obéir au père parce que nous savons que les commandements du père ne sont guidés que par l’amour.

Ce psaume qui parle de « crainte de Dieu » cite la célèbre phrase du livre de l’Exode où il est dit : « Le Seigneur descendit dans la nuée et vint se placer là, auprès de Moïse. Il proclama son nom qui est : LE SEIGNEUR. Il passa devant Moïse et proclama : « LE SEIGNEUR, LE SEIGNEUR, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité ». (Ex 34, 5-6). Elle rappelle l’Alliance conclue  ainsi que la définition que Dieu donne de lui-même : Le Seigneur plein d’amour et de vérité. Tous les psaumes d’action de grâce sont, avant tout, émerveillement devant l’Alliance.

Les versets retenus pour ce dimanche nous parle de pardon, de guérison : « Il pardonne toutes tes offenses et te guérit de toute maladie », ainsi que d’amour, de tendresse et de pitié : « Il te couronne d’amour et de tendresse » … «  Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’amour ».

Cette tendresse qui pardonne, qui oublie nos abandons, c’est bien celle dont nous avons besoin pour faire rayonner l’Amour de Dieu.

Rappelons que tous les textes de ce dimanche sont des appels à la Sainteté. Devenir Saints comme Dieu ; une sainteté qui n’est qu’amour et douceur.

Plus de lecture...