Homélie de l'Epiphanie à Enghien

Publié le

Les rois mages ne sont pas trois, et ce ne sont pas des rois !

Mais ce sont bien des « mages » et « ils viennent d’Orient », dit le texte d’Evangile ! (= qui n’est pas un récit folklorique pour les enfants, mais un récit à forte valeur spirituelle !!!)

Si on a parlé de « rois », c’est à cause du Psaume 71 (les « rois » qui apportent les « offrandes » au Roi) ; et si on a dit « trois », c’est à cause du nombre d’offrandes (or, encens, myrrhe).

Le plus important, le cœur de cet Evangile = Jésus n’est pas seulement le Messie des Juifs, le Roi d’Israël, mais aussi le Sauveur de tous les hommes, représentés ici par les fameux « mages venus d’Orient ».

= tous les hommes, sans exception, sont attirés par le Christ Sauveur. Tous ont besoin de lui. C’est pour tous les peuples que Jésus est venu apporter le salut.

Regardons donc ces mages d’un peu plus près :

  • qui ils sont vraiment ;
  • ce qu’ils nous disent de cette quête universelle du Sauveur.
  • Qui sont les « mages » ?

« Mage » = terme ambivalent dans la Bible (positif ou négatif). Emploi positif ici : des hommes porteurs d’une connaissance religieuse et philosophique. Davantage des astronomes que des astrologues. Plus savants que charlatans. Avec un savoir à forte dimension religieuse.

Retenons simplement qu’ils observent un astre nouveau, particulier, qui les met en route et les pousse à sortir loin de chez eux… Une quête, un itinéraire (sans savoir où ils partent…)

Or, ce qui importe le plus, au-delà de la nature même de l’étoile qu’ils observent : l’étoile parle pour eux un langage d’espérance. Pour se mettre en route, il fallait une certaine inquiétude intérieure, une attente, une recherche. Celle du salut véritable ! Sans désir de salut, pas de mise en route, pas de recherche véritable…

Les mages représentent ici tous les hommes/femmes qui cherchent la vérité = l’attente intérieure de l’esprit humain, le mouvement des religions et de la raison humaine à la rencontre du Christ !

Si, dans la tradition chrétienne, on a même donné des noms à ces mages (Gaspard, Melchior, Balthasar), c’est bien pour montrer leur universalité. Avec ces trois mages, on a voulu représenter toute l’humanité en quête du Christ = trois origines différentes (trois continents) + 3 âges différents (jeunesse, âge moyen, vieillesse) = tout ce mouvement de l’unique humanité vers l’unique Sauveur, Jésus !

  • Tout cela nous conduit à réfléchir sur l’universalité de l’attente du Sauveur…

Ce qui est important ici = les mages « venus d’Orient » sont des païens, non juifs. Alors, pourquoi sont-ils attirés par l’étoile, pourquoi veulent-ils rencontrer le « roi des juifs » (comme ils disent), pourquoi vont-ils interroger le roi Hérode (juif) et les savants juifs ??

La foi chrétienne prétend que Jésus ne vient pas seulement accomplir l’attente messianique d’Israël, mais l’attente universelle de tout homme : attente du salut, attente de la rencontre avec le Sauveur… C’est l’enfant qui guide l’étoile, pour attirer les mages jusqu’à Lui !

Une question fondamentale pour nous : sommes-nous convaincus de cela ? = Jésus est l’unique Sauveur des hommes ?

Question redoutable…

Après tout, pourquoi tout le monde devrait-il avoir quelque chose à voir avec Jésus ? Les mages se sentent fortement concernés par le « roi des juifs », qui n’est pas lié à leur culture, à leur religion, à leur système de pensée : pourquoi en serait-il ainsi de tout homme ?

La compréhension chrétienne du monde : le Christ habite la recherche intérieure de tout homme, et même des cultures et des religions. Tous sont comme aimantés, attirés invisiblement par Lui, qui est l’unique Sauveur !

Regardons ceux qui, autour de nous, sont « en recherche »… Voyons-nous combien l’étoile qui les attire est bien l’étoile du Christ ? Pouvons-nous témoigner sereinement que Jésus apporte, avec sa personne, le salut décisif qui est au cœur de la recherche de tout homme ?

Ce qui peut nous aider, c’est le fait que croire en Jésus-Christ n’est pas entrer dans un système, une idéologie, un prêt-à-penser ; pas plus qu’adopter un code de conduite qui simplifierait l’existence…

Croire en Jésus, c’est faire l’expérience des mages lorsqu’ils découvrent l’enfant : leur joie doit nous encourager à voir en Jésus le Sauveur que tout homme attend au fond de lui ! L’étoile que tout homme suit, à travers sa conscience, sa quête personnelle, mène quelque part ; et ce quelque part, c’est Jésus ; et ce Jésus comble de joie !

Pensons, en contemplant les mages qui se prosternent devant l’enfant et lui offrent leur trésors, à ce désir universel, en tout homme, de remettre sa vie entre les mains d’un plus grand que soi ; à ce besoin profond d’adoration et d’offrande, qui est dans le cœur de tout homme.

Exercice pour cette semaine : discerner, dans les attentes et désirs multiples que nous portons ou que nous voyons s’exprimer autour de nous (à travers les étoiles qui s’allument dans la vie de nos contemporains), cette recherche fondamentale de la rencontre avec Jésus-Christ, l’unique Sauveur du monde

Père Edouard George

Plus de lecture...