REUTERS1268790_Articolo

Stade “José María Morelos y Pavón”, Morelia mardi 16 février 2016

Vous êtes une richesse qu’il faut transformer en espérance … L’espérance naît lorsque l’on peut expérimenter que tout n’est pas perdu ; et pour cela, il faut faire l’effort de commencer par soi-même… La principale menace contre l’espérance, ce sont les discours qui te dévalorisent ; c’est comme s’ils suçaient ta valeur et que tu finissais par t’écrouler… Le grand obstacle contre l’espérance c’est lorsque dans une famille ou dans une société ou dans une école ou dans un groupe, on te fait sentir que tu ne comptes pas. Et ça, c’est dur, c’est douloureux… Cela tue, cela nous anéantit, et cela constitue la porte d’entrée pour tant de souffrance. Mais il y a aussi une autre principale menace contre l’espérance que cette richesse, que vous êtes, croisse et donne du fruit … c’est de te faire croire que tu commences à avoir de la valeur quand tu revêts des habits, des objets de marque, dernier cri, ou bien quand tu deviens célèbre, important parce que tu as de l’argent ; mais au fond, ton cœur ne croit pas que tu es digne d’affection, digne d’amour… L’espérance est muselée par ce qu’on te fait croire, on ne la laisse pas surgir. La principale menace, c’est quand quelqu’un sent qu’il doit avoir de l’argent pour tout acheter, même l’affection des autres…

Vous êtes la richesse du Mexique, vous êtes la richesse de l’Église….Je comprends que, souvent, il devient difficile de sentir qu’on est une richesse quand nous voyons des amis ou des proches continuellement exposés à se perdre… Il est difficile de sentir qu’on est la richesse d’une nation quand on n’a pas d’opportunités de travail digne, de possibilités d’études et de formation… Il est difficile de sentir qu’on est la richesse d’un milieu quand, parce que vous êtes jeunes, on vous utilise à des fins mesquines, en vous séduisant par des promesses qui en fin de compte ne sont pas réelles …. La richesse, vous l’avez en vous et l’espérance, vous l’avez en vous …

Je ne veux pas me lasser de le dire : vous êtes la richesse du Mexique. Roberto… tu as dit que tu as perdu une chose, et tu n’as pas dit : ‘‘J’ai perdu le cellulaire, j’ai perdu le porte-monnaie avec de l’argent… Tu as dit : ‘‘Nous perdons la joie de savourer la rencontre’’. Nous perdons la joie de marcher, nous perdons la joie de rêver ensemble ; et pour que cette richesse, poussée par l’espérance, prospère, il faut marcher ensemble, il faut se rencontrer, il faut rêver. Ne perdez pas la joie de rêver ! Osez rêver ! Rêver, ce qui n’est pas la même chose qu’être des dormeurs…

Jésus, celui qui nous donne l’espérance… nous appelle disciples, il nous appelle amis…. Tout en lui est une invitation à la vie. Une vie en famille, une vie en communauté ; une famille et une communauté en faveur de la société… En famille, on apprend la solidarité, on apprend à partager, à discerner, à porter les fardeaux les uns des autres, à se quereller et à se réconcilier, à discuter et à s’embrasser … La famille est la première école de la nation, et dans la famille réside votre richesse… En famille, vous allez trouver l’espérance, car Jésus y est ; et en famille, vous aurez la dignité. Jamais, jamais, ne laissez de côté la famille ; la famille est la pierre angulaire de la construction d’une grande nation. Vous êtes une richesse, vous avez l’espérance et vous rêvez … Quand vous doutez de cela, regardez Jésus Christ, qui est l’espérance, lui qui dément toutes les tentatives de vous rendre inutiles, ou simples mercenaires des ambitions d’autrui.

Je vous remercie pour cette rencontre et je vous demande de prier pour moi. Merci !

X