Piloté par Claude Abramovitch
Tel : 01 39 34 40 84 – Mail : cabram@wanadoo.fr

Prochaine réunion : Lundi 5 mai à 20h au presbytère d’Enghien, 26 rue de Malleville

 

Compte rendu de la 1ère rencontre du 24/02/2014

 

En raison d’un certain nombre de personnes absentes, la réunion est limitée à deux temps.

I – Ecoute d’un CD du Fr. Michel HUBAUT « St François, la Fraternité et la Paix Universelle » divisé en 7 plages :

1/ La fraternité, un don du Christ et de l’Esprit

2/ La fraternité, une source jaillissante du cœur de Dieu

3/ Le service, fondement de la fraternité

4/ Donner, recevoir et échanger

5/ S’ouvrir à l’universalité

6/ Fraternité et pardon

7/ La fraternité se construit par des actes

Les chapitres 6 et 7 ne sont pas écoutés afin de ménager un moment de partage.

 

II – Temps d’échange

La richesse, la densité du propos de M. Hubaut sont d’abord soulignées;

L’originalité de la fraternité tient dans l’échange réciproque confiant entre les frères et les sœurs, non dans une assistance passive, un « donnant – donnant »ou un paternalisme, mais dans la capacité à donner sans retour attendu et à demander sans crainte, autrement dit aussi dans l’humilité et la simplicité ; en privilégiant les relations interpersonnelles.

La fraternité suppose le dépouillement de soi qui se met au service des autres où l’accueil et l’écoute constituent une attitude fondamentale en résistant à toute tentation de domination.

La fraternité est toujours inspirée par Dieu, qui est Père et Amour. Tout bien nous vient de Dieu (ou du Christ qui est dévoilement de Dieu) même ce qui vient des incroyants. D’où la question : les démarches fraternelles « laïques » sont-elles néanmoins …  fraternelles ? Ca peut être le cas, même si le rattachement à Dieu demeure dans son for intérieur, ne s’exprime pas ouvertement afin de respecter un engagement qui ne se fait pas au nom d’une religion.

Dans la continuité de cette interrogation,  que faut-il penser de la devise de la République française « Liberté, Egalité, Fraternité » ? Le terme fraternité ne devrait-il pas être remplacé par solidarité ? Ces considérations ne sont-elles pas à rapprocher de la Doctrine Sociale de l’Eglise ? Y-aurait-il lieu de la revisiter à l’occasion de cet atelier ?

L’ouverture à l’universalité est soulignée avec l’abondant courrier que François adresse à des correspondants du monde entier (de l’époque, bien-sûr).

La fraternité reste d’abord un témoignage de la vie selon l’Evangile, bien que dès le début des heurts se soient produits entre certains frères. Dans cette perspective l’intervention éclairante d’un membre de la Fraternité franciscaine est souhaitée.

L’évangélisation n’en demeure pas moins l’affaire d’un témoignage de vie évitant le non-témoignage, le contre-témoignage, voire le scandale.

 

III – Propositions en vue de la prochaine réunion 

–          Date : lundi 24 mars à 20h (à Enghien, au presbytère, 26 rue de Malleville))

Pour chaque participant, venir si possible avec 3 exemples de manifestation d’un mouvement fraternel (religieux ou non)  d’ordre historique, actuel et futur à imaginer.

X